Les Rohingyas en Birmanie

Depuis des décennies, les Rohingyas (musulmans) de l'Arakan , un Etat Birman, subissent les violences des Rakine (bouddhistes) . Depuis 1982 et l'instauration d'une loi citoyenne listant 135 ethnies en Birmanie et niant les autres, les Rohingyas sont devenus des apatrides.

800 000 personnes sont donc privés des droits élémentaires : éducation, santé, emploi, transports. La plupart vivent dans l'Etat d'Arakan et ne sont pas autorisés à se déplacer. Sur place, les autorités leur infligent des humiliations quotidiennes : insultes, rackett, coups. Maisons pillées ou brulées.

La journaliste Sophie Ansel revient de Birmanie. Elle vient de recueillir le témoignage d'un Rohingya, Habib, qui raconte son parcours dans un livre "Nous les innommables ". Un vrai calvaire depuis qu'il est né.

Contraint à l'exil, il est passé par les geoles de Malaisie et de Thailande avant d'entreprendre une périlleuse traversée vers l'Australie. Sophie Ansel nous parle de la situation des Rohingyas .

Cette année 2012 a été particulièrement violente avec des affrontements, des morts qu'on ne compte plus et des populations déplacées. Remi Favre, correspondant d'Inter à Yangoon s'est rendu dans les camps de réfugiés près de la ville de Sittwe.

C'est aussi un des dossiers multimédia du jour.Le film de Remi est à voir dans le dossier multimédia. Birmanie.

En Bolivie, le rêve d'une coca sans cocaïne .

La Bolivie, troisième producteur de cocaïne derrière le Perou et la Colombie, le président socialiste Evo Morales s'est lancé dans une politique "zéro cocaïne mais pas zéro coca".

L'objectif visait un auto controle de la production avec un quota fixé à 12 000 hectares. On mache la coca pour résister au froid, la fatigue et la faim.

Mais le dernier rapport de l'ONU dénonce une plantation record de 30 000 hectares . Les excédents alimentent la production de cocaïne. Les narco trafiquants ont pris le contrôle et les cartels colombiens s'installent même en Bolivie.

Le rêve de Morales est passé. La Coca ne servira ni l'industrie pharmaceutique, ni l'agroalimentaire. La Cocaïne reste maitresse.

Le reportage à La Paz de Reza Nourmamode.

Irlande, la lost génération

Manif contre l'austérité à Dublin
Manif contre l'austérité à Dublin © Radio France

Dublin a dévoilé hier un nouveau budget d'austérité pour 2013. Objectif : 3,5 milliards d'économies supplémentaires.

Deux ans après le plan de sauvetage européen (85 milliards d'euros avaient alors été débloqués, en novembre 2010), le pays est aujourd'hui en convalescence.

Selon l'OCDE, le déficit public diminue, même s'il affichera encore 8,1% du PIB cette année.

Parallèlement la croissance restera faible : autour d'un demi point. Et le chômage approche un taux de 15%. Principales victimes : les jeunes qui pour certains, décident donc de quitter l'île . Reportage sur la "Lost generation " irlandaise de Marine de La Moissonnière.

Gaza, les 25 ans du Hamas

Le logo du Hamas
Le logo du Hamas © Radio France

Gaza , à 24 heures de la venue historique de Khaled Mechaal . J

usqu'ici le chef du Hamas vivait en Syrie , interdit par l'Egypte de Moubarak de se rendre dans les territoires. La donne a changé avec Mohamed Morsi, issu des Frères Musulmans.

Et Khaled Meechal sera donc à Gaza pour célébrer les 25 ans du mouvement islamiste palestinien.

Le correspondant d'Inter sur place Gregory Philipps nous en parle en direct.

L'actualité du Proche Orient sur Twitter dans les pas de Gregory : @Gregphil

Michel Warschawski, la décoration contestée

Le Prix des Droits de l'Homme de la République Française sera décernée en début de semaine au Centre d'information alternative de Jérusalem présidé par l’israélien Michel WARCHAWSKI. Depuis le milieu des années 80, ce centre fait travailler ensemble des pacifistes israéliens et des palestiniens.

Le Crif conteste cette décoration, arguant que "Michel Warschawski est un pourfendeur d'Israël".

Michel Warschawski
Michel Warschawski © Radio France

Auteur de "Destins Croisés" chez Riveneuve Editions,

Michel Warschawski devrait recevoir son prix à l'Hotel Matignon lundi lors de la journée mondiale des droits de l'Homme.

Michel Warschawski interrogé par Gregory Philips.

Papouasie, le web doc de la fin d'année

Lien Tous le monde aux urnes
Lien Tous le monde aux urnes © Radio France

La Russie, sa cathédrale orthodoxe à Paris et les relations franco-russes

Isabelle de Gaulmyn du journal La Croix

Musiques d'ailleurs

En Bolivie, un des tubes les plus en vue du moment, No me importa par Reverso . Forcément on peut relever des accents Manuchaesque dans la première partie de la chanson mais par la suite, l'ensemble se révèle beaucoup plus rock.

Mais le grand groupe bolivien par excellence depuis 30 ans reste Los Kjarkas qui ont dernièrement changé de nom pour devenir Pacha. Une exigence marketting pour conquérir le marché international. Los Kjarkas, n'étant pas très au fait des droits d'auteur.

En 1981, los kjarkas ont crée un véritable tube bolivien, llorando se fue, que les brésiliens ont récupéré pour en faire la Lambada. Pas une note n'a été changée.

Partout Ailleurs sur Franceinter.fr :

Mariel Bluteau, Remi Favre, Reza Nourmamode, Marjorie Bidault, Marine de la Moissonière Eric Valmir

Partout Ailleurs sur Twitter : @EricValmir

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.