Massacrer les pacifistes pour les inciter à répondre par la violence. Ces provocations ne sont pas nouvelles et les exemples de radicalisation se multiplient dans le monde. De la Syrie à la Birmanie, de la Russie à la Turquie. Et chez nous en Europe.

La Birmanie dans sa difficile transition vers la démocratie

Refugiés katchin
Refugiés katchin © Radio France / RF

Une guerre oubliée .

Un conflit qui a repris il y a deux ans, après 17 années de cessez-le-feu.

Un conflit qui fragilise la transition vers la démocratie opérée par la Birmanie.

La société reste animée de tensions religieuses et de violences entre les communautés qui ne témoignent en rien des valeurs de tolérance inhérente à une démocratie.

Cartographie
Cartographie © Radio France / EV

Aujourd'hui, nous nous attardons sur le conflit kachin à l’extrême nord de la Birmanie où l’Armée pour l’indépendance kachin, la KIA se bat contre les forces gouvernementales birmane .

En jeu, l'autonomie de la minorité kachin, majoritairement chrétienne, qui ne parvient pas à s'intégrer dans la société birmane.

Les négociations en cours n’ont toujours pas abouti et les positions ses sont radicalisées.

Obligés de fuir, cent mille réfugiés se sont massés dans des camps le long de la frontière chinoise, sur une fine bande de territoire contrôlé par les rebelles.

Chinois et Birmans empêchent l'aide internationale de s'y rendre.

Militairement, la KIA ne fait pas le poids face à l’aviation birmane mais la rébellion résiste au pouvoir réformateur birman.

Reportage de Rémy Favre en territoire katchin . Disponible en téléchargement.

Et ici son dossier multimédia, vidéo + texte.

Les rues d'Istanbul entre colère citoyenne et crise politique

Des terroristes parmi les manifestants à Istanbul , version Erdogan , le premier ministre turc pour justifier la violente repression policière qui provoqué la colère citoyenne.

Place Taksim
Place Taksim © / WTC

Vendredi dernier, dans l'enceinte du Parc Gezi à Istanbul , quelques manifestants s'opposent à un projet urbain qui consiste à déraciner les arbres. Istanbul connait une période de transition avec de nombreux chantiers qui modifie le visage de la ville. C'est cette manifestation qui est violemment réprimée par la police. Depuis c'est l'escalade.

En une semaine, la défense des arbres est devenue secondaire. C'est un mode de gouvernance qui est montré du doigt. C'est la figure d'Erdogan qui centralise toutes les crispations. Et les appels à la démission ne faiblissent pas.

Reportage sur place de Sébastien Laugénie , envoyé spécial de France Inter à Istanbul . Disponible en téléchargement.

Le massacre de l'école Diaz en marge du G8 de Gênes il y a 12 ans.

A Gênes , le 22 juillet, en marge du27ème G8 , les forces de l'ordre programment et donnent un violent assaut sur l'école Diaz qui abritait le centreindymedia, le centre de presse des medias alternatifs, sous prétexte que des militants extremistes s'y cachent. Or, dans ce dortoir, se sont réfugiés près de cent personnes en quête d'un lit pour se reposer. Il y a là des journalistes, des italiens, des étrangers. Des personnes qui se feront matraquer sans distinctions. La plupart d'entre elles seront arrêtées puis séquestrées pendant trois jours par les carabiniers à la caserne de Bolzaneto . Elles y subiront de nombreux sévices, violences et humiliation. L'idée était de briser le mouvement des altermondialistes.

12 ans après, le cinéaste Daniele Vicari revient sur cette tragédie. Son film Diaz décortique la mécanique implacable de la violence qui s'est mise en place. Des citoyens non armés ont été frappés avec rage par la police censée les proteger.

Diaz est sorti sur les grands écrans français mercredi dernier.

Daniele Vicari en studio nous parle de son film, de la nécessité de revenir sur ces évènements tragiques.

Ecole Diaz
Ecole Diaz © / WTC

Avec nous aussi, le grand reporter de France Inter , Manuel Ruffez , qui était sur place quelques heures après l'assaut donné par les carabiniers.

Il apporte son témoignage.

Ce qu'il a vu, notamment cette inscription sur les murs "ne nettoyez pas ce sang ", comme une preuve laissée à la postérité.

En novembre 2008, sur les 29 inculpés, 16 ont été relaxés par le procès après trois années d'audience

Les 13 accusés restants , des policiers et des dirigeants de brigades, ont été condamnés à des peines de prison allant d’un mois à quatre ans. Aucun d’entre eux n’aura à purger sa peine. La plupart sont assorties « d’un sursis » et toutes les condamnations restantes sont invalidées avec l’entrée en vigueur de la nouvelle loi d’amnistie du gouvernement Berlusconi .

Le parquet avait requis au total 108 années de détention pour les 28 inculpés.

Quelle liberté d'expression dans la Russie de Vladimir Poutine ?

Une justice aux ordres, une société civile et les ONG mis au pas, une opposition emprisonnée et décimée par une répression, le régime de Vladimir Poutine ne laisse le champ à aucune contestation possible.

Poutine imperator
Poutine imperator © Radio France / CI

L'hebdomadaire Courrier International, notre partenaire, consacre un numéro spécial à la "nationalisation des élites ", terme journalistique russe pour désigner l'épuration qui sévit.

Même le premier ministre Dimitri Medvedev , un temps protégé de Poutine, est tombé en disgrace.

Les effets de la violence au Liban sur une jeune journaliste non préparée

Il pleut aussi sur Beyrouth , un texte de Caroline Bourgeret publié chez Nova Editions raconte les fragilités d'une jeune journaliste non préparée à couvrir un conflit.

Nous sommes en 2006. C'est l'été. Bombes et roquettes entreprennent leurs ballets. Caroline Bourgeret, journaliste débutante est sur place pour les besoins d'une production.

Il pleut aussi sur Beyrouth
Il pleut aussi sur Beyrouth © Radio France / CB

Elle se retrouve du jour au lendemain, prise dans la spirale médiatique, à l'antenne en boucle, entourée par le sang et les larmes et ne sachant quel sens donner à ses directs. La couverture journalistique lui apparait futile et décalée au regard de la réalité.

Il pleut aussi sur Beyrouth raconte ces doutes et ces fêlures.

Aujourd'hui Caroline Bourgeret est correspondante de TV5 Monde au Liban.

L'entretien avec Caroline Bourgeret est disponible en téléchargement.

Au Brésil, le culte des églises Gay

Un postulat rare dans un culte religieux : l'acceptation totale de l'homosexualité .

Fidèles
Fidèles © Radio France / Elodie Touchard

Au Brésil, l'Eglise Chrétienne Contemporaine a pour devise : "J'apporte l'amour de Dieu à tous, sans préjugés ".

Un principe contesté aussi bien par les catholiques traditionnels que les évangélistes qui s'opposent au projet de loi de pénalisation de l'homophobie bloqué depuis des années au Parlement.

A partir ce ce postulat, l'Eglise Chrétienne Contemporaine connait un vif essor, la population homosexuelle souvent discriminée trouve un salut dans cette reconnaissance spirituelle inattendue.

Reportage au Brésil d'Elodie Touchard, disponible en téléchargement.

Musiques d'ailleurs

Yasmine Hamdan, 37 ans, libanaise, sort son premier album solo. Ancienne cofondatrice du groupe Soapkills1 , duo électronique, elle est toujours considérée comme une icone de la musique underground arabe.

Dans cet album solo qui mixe les sonorités pop, folk et électro avec des mélodies et des textes inspirés par diverses traditions moyen-orientales, Yasmine Hamdan raconte son parcours (le Liban, le Koweït, Abu Dhabi et la Grèce) les langues et les dialectes qu'elle chante (libanais, koweiti, palestinien, égyptien, bédouin).

Venu tout droit de Trinidad , Kobo Town exporte l'histoire de Port of Spain , la capitale de l'île. Satire sociale et éloge du double sens autour de l'esclavage, des inégalités sociales, du quotidien et de la sexualité. Des thèmes portés par une musique digne du carnaval de Trinidad, le Calypso, un style proche du mento jamaïcain .

A far l'amore entendu dans l'émission est un vieux tube des années 70 revenu dans l'actualité grace çà deux mutations. La première, un remix du DJ Bob Sinclar , la seconde, l'oreille du cinéaste Paolo Sorrentino .

Dans son film "La grande bellezza" en compétition à Cannes cette année, la chanson occupe le coeur des fêtes où se prélasse le protagoniste joué par Toni Servillo .

Partout Ailleurs sur franceinter.fr : Mariel Bluteau, Remy Favre, Eric Valmir

Partout Ailleurs le générique : Valentin Couineau & Hervé Dejardin

Partout Ailleurs sur twitter : @ericvalmir

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.