Théâtre et politique
Théâtre et politique © Radio France

Les grands experts politiques se perdent en conjectures devant la surprise causée par la nette victoire de David Cameron. Pourtant, les acteurs de la culture anglaise l’avaient eux anticipé. L’écrivain Robert Liam Mac Wilson relevait hier qu’aucune campagne anglaise électorale n’avait été aussi droitière. On pouvait avancer l’idée de bruler les hôpitaux, de transformer les pauvres en pâté pour chiens, personne ne bronchait pas, pas même à gauche…

Le monde de la culture qui dit ce matin vouloir engager un combat. Les coupes budgétaires du gouvernement Cameron ont été drastiques. Le Arts Coucil souffre. Et la réponse du spectacle vivant anglais ne se fait pas par la rue, ni par des actions militantes mais sur scène avec des projets scénographiques et des textes d’auteurs. Qu’est-ce que la politique aujourd’hui ? Le ministre des finances de Cameron, Georges Osborne peut faire l’objet d’une pièce, un discours à la Chambre des Lords, un stand up. Moins démonstratif, James Graham dans Le Vote diffusé sur Channel 4 avant la proclamation des résultats, audacieuse programmation… James Graham parodie les poncifs d’une soirée électorale, pas une farce de chansonnier, une ironie grinçante qui prête à réflexion. Une autre pièce donne la parole à une population qui se sent privée de son droit de vote en raison d’un mode de scrutin complexe qui amplifie le sentiment de confiscation… La politique ignore et anéantit la culture, la culture engage un toilettage de la conscience politique dans des festivals thématisés sur cette question.

UDecide a Liverpool… Camden people theater à Londres sous l’effigie du directeur et metteur en scène Brian Logan

Un théâtre pas forcément militant, plus engagé dans une réflexion qui n’existe pas dans les campagnes électorales et dans les traitements journalistiques. Rebecca Atkinson Lord, directrice du Ovalhouse Theatre à Kennington prend la plume régulièrement dans The Guardian pour dénoncer la sous-évaluation du rôle de la culture dans la société par la classe dirigeante. D’autant que la culture n’a fait l’objet d’aucune prise de parole pendant la campagne électorale… jamais évoquée.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.