Bahrein a fermé quelques heures après son lancement, Al Arab, la télé d'un prince saoudien qui voulait lancer une grande chaine internationale de langue arabe, concurrente directe d'Al Jazeera. Son tort, avoir donné la parole à un opposant politique.

Al Arab
Al Arab © / CTC
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.