Aux jeunes de réinventer la Palestine, l'Argentine, le Pakistan, l'Italie, le Bangladesh, l'Allemagne et la Turquie

L'ombre des talibans sur les élections au Pakistan.

Les candidats à l'élection pakistanaise
Les candidats à l'élection pakistanaise © / WCM

Dernier jour de campagne sous tension auPakistan . En marge du meeting du Parti du peuple pakistanais (PPP), le fils de l’ancien Premier ministre Yousaf Raza Gilani, Ali Haider , a été enlevé, . son assistant, Muhammad Muhiuddin , a été tué dans la bousculade qui a suivi l'opération de force

La sécurité des candidats est menacée par les talibans qui ont pour objectif de perturber le scrutin. ils annoncent des attentats suicides samedi aux abords des bureaux de vote mais nient toute implication dans l'enlèvement d'Ali Haider Gilani.

Du coup la sécurité est renforcée : 300000 agents, dont 32000 soldats sont déployés dans le Pendjab, la province la plus peuplée du pays. En un mois, plus de 100 personnes ont été tuées par les talibans pakistanais. Ces attaques qui interviennent pendant les meetings politiquesont épargné le parti de l’opposition de Nawaz Sharif, le seul qui ait ouvertement annoncé son intention de négocier avec les talibans s'il arrivait au pouvoir. L'enjeu de ces élections est crucial. Un gouvernement civil peut laisser place à un autre et maintenir un processus démocratique sans l'intervention de l'armée.

Une campagne marquée par la difficulté des femmes à accéder au vote. Ici elles manifestent à Peshawar pour l'expression de leurs droits et contre la mainmise des talibans qui instaurent un climat de terreur.

A Peshawar, manifestation de femmes contre les talibans
A Peshawar, manifestation de femmes contre les talibans © / WCM

L'Italie post Andreotti

La mort de Giulio Andreotti , 94 ans, pilier de la scène politique italienne, sous estimée par la presse internationale. L'inoxydable a pesé jusqu'à son dernier souffle sur la classe dirigeante du belpaes e.

Giulio Andreotti
Giulio Andreotti © / WTC

Sept fois président du conseil entre 1972 et 1992 et 21 fois ministre, Giulio Andreotti, sénateur à vie depuis 1991 , fut pendant 60 ans l’homme politique le plus puissant d’Italie. Il a survécu à deux guerres mondiales, connu sept papes, la monarchie, le fascisme, et la Première république italienne. Il a même pu survivre à la disparition de la Démocratie Chrétienne dont il était pourtant devenu la parfaite incarnation.

On l'appelait également le Pape noir , Belzébuth , le Divin Giulio ou le Richelieu italien en raison de son goût pour le secret et de son esprit retors.

S oupçonné de collusion avec la Mafia, accusé par la famille d’Aldo Moro d’être responsable de sa mort, Giulio Andreotti occupe le coeur de la vie politique italienne depuis l’après guerre. Sa puissance naît d’un travail d’archivage personnel. Andreotti sait tout sur tout le monde. Cette phrase relève du mythe, et pourtant depuis 1947, l’homme n’a cessé de noter et compiler des informations diverses sur tout un chacun. A un tel point qu’il y a deux ans, les archives d’Andreotti étaient considérés par le Sénat comme un “intérêt historique particulièrement important”.

Les archives de Giulio Andreotti
Les archives de Giulio Andreotti © / WE

“Cette grande armoire de la Republique” était fermée au public parce qu’Andreotti continuait de l’alimenter quotidiennement. Il la consulte aussi quand il rédige ses discours afin de les émailler d’allusions subtiles que seuls les intéressés saisiront.

Giulio Andreotti a entrepris ce travail de classification en 1947, à peine entré en politique, issu du journalisme, il était alors Sous Secrétaire à la Présidence du Conseil délégué au cinéma et au spectacle. Il reproduit en secret une technique de la police politique mussolinienne. Notes diverses, photos, extraits de journaux, discours, enregistrements sonores.

Aujourd’hui dans les salles de la Fondation Sturzo, les seules archives d’Andreotti courent sur 600 mètres linéaires. Et la responsable du lieu, Luciana Devoti est frappée par le soin apporté par Andreotti dans le travail d’archivage. Surgissent des grandes thématiques : Assemblée, Cinéma, Démocratie Chrétienne, Discours, Divorce, Elections, Europe, Fiumicino, Gouvernement, Senat, Personnel, Ecrits, Vatican.

Qu'adviendra-t-il de ces archives ? Qui va s'emparer de ce fonds secret qui en a fait trembler plus d'un ?

L'Italie de Giulio Andreotti à réécouter en podcast, un reportage d'Anais Feuga, correspondante de France Inter à Rome.

L'Argentine encore marquée par la dictature militaire 30 ans après

L'Argentine voit le fossé s'élargir entre la classe politique et ses citoyens. Corruption et crise de confiance font que les Argentins se détournent de leurs représentants, une déconnexion amplifiée par la crise économique et sociale.

Conversation avec la journaliste Marine de la Moissonière qui vient de passer huit ans à Buenos Aires, devenant de facto, à la fois amoureuse et spécialiste de l'Argentine.

Son dossier multimédia est un panel de photos coups de coeur.Argentina mi amor

Al Rais, une téléréalité palestinienne où les jeunes dessinent un idéal politique

Une téléréalité d'un genre nouveau dans les territoires palestiniens. Dans un décor qui ressemble à celui de "La nouvelle star" , des jeunes défilent devant un jury pour donner leur vision de la politique. Genre "si tu étais président, que ferais tu ? que mettrais tu en place ? quelle politique imaginerais tu ?

La régie d'Al Rais
La régie d'Al Rais © Radio France / Gregory Philipps

Cette émission s'impose déjà comme un phénomène de société.

Composée de dix numéros, Al Rais arrivera la semaine prochaine à mi parcours.

Pour "Partout Ailleurs" , Gregory Philipps , le correspondant de France Inter à Jérusalem était en régie pour suiivre la première de l'émission

Toute l'actualité du Proche Orient sur Twitter sur le compte @Gregphil

En Allemagne, le pouvoir de nuisance des mouvements néonazis

Pilier du groupuscule néonazi NSU, Beate Zschäpe est jugée à Munich pour dix meurtres d'immigrés, majoritairement des turcs, deux attaques terroristes et une quinzaine de bracages de banque. Les audiences débuteront mardi prochain, le 14 mai.

Ce procès d'une nazi ordinaire relance le débat autour des mouvements qui prospèrent. Certes, en marge de la société et fait d'une minorité, leur pouvoir de nuissance reste entier et le sujet reste ultrasensible en Allemagne.

Têtes de turques, un webdoc

Un webdoc réalisé par des étudiants de l'école de journalisme de Toulouse. Têtes de Turques s'est concentré sur les portraits de femmes en Turquie en se détournant volontairement des sujets habituels traités par la sphère médiatique sur ce pays : les polémiques sur le port du voile et les négociations en vue d'une adhésion à l'Union Européenne.

Rencontre avec deux auteurs de ce webdoc : Marie Charlotte Duluc et Alice Robinet .

Ces pays où le blasphème est passible de la peine de mort

La chronique d'Isabelle de Gaulmyn du journal La Croix s'inspire des violentes manifestations qui ont secoué la capitale Bangladaise dimanche dernier.

200 000 islamistes ont défilé dans le centre de Dacca pour réclamer des lois anti blasphème . Les affrontements avec les forces de l'ordre ont fait 32 morts et des centaines de blessés.

Musiques parties ailleurs

D'habitude, nous explorons les musiques venues d'ailleurs. Cette semaine, une entorse volontaire au règlement. Les musiques qui partent ailleurs, et phénomène de globalisation, celle qui parviennent à séduire tous les continents.

A ce jeu là, un nom sort du lot : Pharell.

Il a inspiré deux tubes en puissance, titre dance, qui embrase la planète. L'incontournable "Get Lucky " des Daft Punk. Ici le clip dans sa version longue.

Et le très glamour pour ne pas dire "hot", Blurredlines de Robin Thicke

Partout Ailleurs sur franceinter.fr : Mariel Bluteau & Eric Valmir

Partout Ailleurs sur twitter : @ericvalmir

Partout Ailleurs le générique : Valentin Couineau & Hervé Dejardin

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.