"Échec coupable en Syrie" est l'intitulé d'un rapport coécrit par une vingtaine d'ONG. Les parties belligérantes et la communauté internationale ont ignoré les résolutions adoptées par le conseil de sécurité des Nations Unies en 2014.

Résultat, le conflit syrien vient de vivre son année la plus sombre.

76 000 morts civils alors que l'ONU réclamait un cessez le feu et la protection des populations.

Un accès humanitaire détérioré . Près de 5 millions de personnes habitent des zones où il est difficile de se rendre.

Près de 6 millions d'enfants ont besoin d'une aide humanitaire . Toutes les infrastructures éducatives disparaissent en Syrie, de nombreuses écoles sont détruites et les parents ont peur d'envoyer leurs enfants à l'école.

Dans le rapport, le témoignage de Samah, mère de 6 enfants . "Pour fuir les bombardements, nous nous sommes réfugiés dans des grottes en région montagneuse. Nous allions dans les femes environnantes pour y récupérer tout ce qu'on pouvait. Il fallait parfois se contenter d'herbe ou d'écorce pour nourrir nos 6 enfants. Si un obus vous fauche, vous mourrez sur le coup. Ici, nous mourrons des milliers de fois par jour. Nous mourrons de froid, de maladie et de faim. Je préfère cuisiner les feuilles des arbres ici plutôt qu'attendre le panier alimentaire d'une organisation"

camp de réfugiés syrien
camp de réfugiés syrien © / CTC

Et souvent ce leitmotiv, le monde nous a volé notre dignité .

Une catastrophe humanitaire qui ne pourra se résoudre qu'une fois l'arrêt des violences acté.

Mais aucune solution politique n'est en passe d'être trouvée.

Aux dernières négociations à Moscou, en janvier 2015, aucun représentant des belligerants n'étaient venus participer à la discussion.

Le rapport demande à la France qui prend la présidence ce mois ci du Conseil de Sécurité d'afficher fermement une nouvelle volonté politique pour que conflit ne dure pas 5 ans.

La Syrie est réellement plongée dans le noir. 83% des lumières du pays se sont éteintes. Conclusion d'une étude menée par des scientifiques de l'université de Wuhan en Chine à partir d'images satellites.

"La Syrie est entrée dans l'âge des ténèbres, littéralement et métaphoriquement" dixit David Miliband , ancien ministre britannique des Affaires Etrangères, aujourd'hui président d'une ONG internationale.

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.