10 jours après le massacre d'étudiants sur le campus de Garissa au Kenya,148 morts, l'indifférence des autorités et de la communauté internationale sèment le trouble. L'attaque terroriste perpétrée par les Shebab somaliens laisse plus de colère que de tristesse.

Cette tragédie n'a généré aucune compassion, aucune vague d'émotion en réaction, seulement la colère à tous les échelons.

Rencotnre avec la journaliste Sonia Rolley de Radio France International , de retour de Garissa où elle était en reportage.

Camps de réfugiés somaliens
Camps de réfugiés somaliens © / CTR
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.