Neuf morts dans les dernières vingt-quatre heures. six militaires et trois policiers ukrainiens.

Cent quarante membres des forces gouvernementales tués depuis le cessez-le-feu approuvé à Minsk en septembre et violé quotidiennement. Toute la nuit, les environs de l'aéroport de Donetz ont été le théâtre de tirs d'artillerie, d'échanges de coups de feu, une zone épicentre des affrontements entre les deux camps depuis des mois. Le centre ville a été secoué par plusieurs explosions.

Vivre dans les environs de Donetz
Vivre dans les environs de Donetz © / CTC

Les services de l'Otan évoquent des mouvements de troupes et de matériel à la frontière russe.Moscou est accusé d'envoyer des renforts aux séparatistes de l'Est. Le Kremlin dément.

En réaction, les ministres européens des Affaires Étrangères réunis hier à Bruxelles ont demandé à la diplomatie de 'Union" d'élargir la liste des personnalités à sanctionner pour leurs implications dans le conflit en Ukraine . Aujourd'hui 119 personnes, aussi bien des séparatistes que des oligarques russes proches dePoutine , sont visés par un gel de leurs avoirs et une interdiction de visa pour les pays de l'Union Européenne.

Dans les campagnes du Donbass
Dans les campagnes du Donbass © / CTC

Les accords de Minsk sont restés sans lendemains. Un simple cessez le feu ne pouvait suffire. Il fallait qu'il soit accompagné de négociations entreKiev et Moscou avec un intermédiaire des Nations Unies .

Mais ces entrevues n'ont jamais eu lieu et les crispations ont repris. Sur le terrain, la crainte du "conflit gelé" prend forme, un conflit qui ne s'arrête jamais. Un brasier sur lequel un semblant de vie quotidienne s'installe, mais un terreau susceptible de s'embraser d'une seconde à l'autre.

Des alertes, des surenchères, des explosions, des morts, puis une accalmie en attendant la prochaine tension quelques jours ou quelques semaines plus tard.

Les autorités municipales de Donetz chiffrent les pertes civiles. un mort et huit blessés ce weekend. Et depuis le mois d'avril, les Nations Unies dressent un bilan total de 4100 personnes tuées dans ce conflit.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.