Er-Rhiad , commune de l'île deDjerba méconnue et sinistrée au lendemain de la révolution. L'activité touristique s'est effondrée. Certes, le village ne dispose pas d'infrastructures hotelieres mais les vacanciers y passaient la journée ne serait ce que pour visiter la plus ancienne synagogue d'Afrique.

Un village où vivent ensemble chrétiens, musulmans et juifs mais dont l'économie agricole s'est réduite à sa plus simple expression, du fait de la raréfaction des touristes.

Djerbahood
Djerbahood ©

Et voilà Er-Rhiad rebaptisée Djerbahood , capitale mondiale du tag grâce au projet ambitieux d'un galeriste tunisien, Mehdi Ben Cheikh .

L'idée consistait à créer un musée à ciel ouvert, convier une centaine de graffeurs, les meilleurs au monde de Brooklyn à Johannesbourg pour qu'ils posent bombes et pinceaux à Djerba et imaginent avec les élus locaux et les habitants une scénographie graphique qui respecte l'urbanisme du village.

Le bourg agricole du centre de l'île aux sables d'or est métamorphosé. Les habitants ont vu grandir sur leurs façades une procession de cavaliers (Jaz/Argentine), un caméléon mystique (Curiot/Mexique) ou une pieuvre géante (Roa/Belgique).

Cheval à Djerbahood
Cheval à Djerbahood ©

Avant de se lancer, les graffeurs ont pris le temps de discuter avec les villageois. Les résistances furent nombreuses, le tag étant souvent associé à une forme illégale, grossière et irrévérencieuse. Mais ici, il porte une esthétique et raconte une histoire de Djerba.

A l'oeuvre à Djerbahood
A l'oeuvre à Djerbahood ©

Au final, des calligraphies, des portaits de femmes ou encore des figures animalières mythologiques.

La difficulté majeure consistait à trouver une cohérence quand on passe d'une maison à une autre, d'un quartier à l'autre. Le centre, le marché, les vieux abattoirs abandonnés ou encore la périphérie.

Certains se sont lâchés et ont improvisé du hors piste en attaquant les pans de murs délabrés des campagnes environnantes.

Djerbahood qui s'offre le luxe d'une bande annonce internationale

Djerbahood est déjà un succès, avant même son inauguration samedi prochain, le 20 septembre . On vient de toute la Tunisie et les touristes affluent

Djerbahood 3
Djerbahood 3 ©
Coin de rue à Djerbahood
Coin de rue à Djerbahood ©

Ce projet porteur de street art ne doit pas faire oublier que la Tunisie vit des heures sombres. Bloggers et musiciens subissent une répression qui limite les libertés d'expression et les voyants économiques sont toujours au rouge.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.