A deux jours des élections législatives, sénatoriales et régionales qui vont dessiner un nouveau paysage politique italien, Partout Ailleurs se déplace à Rome pour évoquer ce scrutin qui comme toute opération électorale décrypte un instantané de la société.

Villa Medici
Villa Medici © Radio France / CEV

Invités de cette émission réalisée en direct de la Villa Medicis

Sandro Gozi (Parti Démocrate)

Andrea Romano (Italia Futura)

Beppe Grillo (movimento cinque stelle)

Franco Debenedetti (économiste)

Francesca Santolini (lista civica Zingaretti)

Jacopo Zanchini (Directeur d'Internazionale)

Et Jean-Pierre Darnis chercheur à l'Institut des Affaires Internationales de Rome

2 semaines avant les élections, les instituts ne sont plus autorisés à publier le moindre sondage. il reste les tendances qui sont officieuses et permettent de détourner la loi, mais les fourchettes restent approximatives.

Le Parti Démocrate de Pierluigi Bersani arrive en tête avec 32/33 points, Le PDL de Silvio Berlusconi est à 27/28, la sensation forte de ce scrutin, l'ancien comique Beppe Grillo obtiendrait 20% des suffrages et Mario Monti serait à 12/14%, grande désillusion de cette élection.

Dans un tel cas de figure, Bersani ne pourrait gouverner seul et pourrait tendre la main à Mario Monti pour constituer une majorité forte face au PDL de Berlusconi qui devrait enlever le Sénat d'après les projections avancées par les derniers sondages. La grande inconnue reste le mouvement Cinque stelle de Beppe Grillo qui refuse toute alliance avec qui que ce soit.

Le désastre Monti

affiche électorale contre Mario Monti
affiche électorale contre Mario Monti © Eric Valmir

Considéré comme le sauveur il y a plus d'un an pour redresser l'Italie et restaurer la crédibilité du pays auprès des instances internationales, Mario Monti se retrouve aujourdhui en mauvaise posture.

Le duel annoncé Monti/Berlusconi n'aura pas lieu . Il professore pourrait même obtenir un score historiquement bas.

Les formations d'extreme gauche et d'extreme droite l'ont pris pour cible dans leur campagne électorale. Ici, une affiche de la Destra qui dit 'Tu es pauvre par sa faute"

Les citoyens italiens n'ont pas apprécié les plans de rigueur imposés par Mario Monti . Des plans eux même critiqués par des économistes.

En premier lieu, par Franco Debenedetti qui signe "Il peccato del Professor Monti ", un livre dans lequel l'économiste détaille les principales erreurs de l'ancien président du Conseil. La première est d'avoir confondu coupes budgétaires et réformes. La politique de Mario Monti s'est attaquée aux services publiques (santé, éducation) , ce qui touche de près le quotidien des Italiens. En aucun cas, il n'a été question de réformes structurelles écrit Debenedetti .

Mais le jeu de la politique fait que Mario Monti n'est pas encore écarté du pouvoir. Bersani en cas de courte victoire pourrait l'associer à sa coalition pour composer une majorité claire face à Berlusconi. Mais personne ne voit cet attelage contre nature évoluer à long terme

Le Tsunami Tour

La sensation forte de ce scrutin est Beppe Grillo. Il y a près de dix ans, l'ancien humoriste emplissait places et salles avec les V.day. La foule criait Vaffanculo quand Beppe Grillo citait tous les dysfonctionnements du pays et les abus de la classe dirigeante.

Symbole de l'antipolitica son mouvement a grandi dans l'ombre de la défiance des partis traditionnels. Les déçus de la gauche , des syndicats et de Berlusconi se rallient pour voter Beppe Grillo.Tuer la politiique politicienne avec la vraie politique. L'homme qui veut détruire le système de l'intérieur. .

Son mouvement "Cinque Stelle" a obtenu ses premiers résultats électoraux locaux l'an dernier. Des conseillers régionaux en Sicile, la mairie de Parme et les Grillini feront sans aucuns doutes leur entrée au Parlement

Beppe Grillo
Beppe Grillo © Radio France / Mathilde Auvillain

Beppe Grillo serait à 20%. des opinions exprimées. Ses meetings attirent une foule toujours plus nombreuses et sa fin de campagne Piazza San Giovanni à Rome est un temps fort attendu.

A ne pas rater dans l'émission, le reportage de Mathilde Auvillain que l'on peut écouter en podcast

L'anti classe dirigeante refuse de parler aux médias italiens qu'ils jugent trop dépendants du pouvoir et n'accepte que les interviews de la presse étrangère.

Opportuniste populiste pour les uns, le seul à donner le coup de pied nécessaire dans la fourmilière pour les autres, Beppe Grillo sait qu'il apparait comme le plus convaincant de cette campagne.

Le ras le bol de la corruption et des affaires n'est pas une vue de l'esprit.Beppe Grillo profite des scandales à répétitions qui se succèdent. Le dernier concerne Giuseppe Orsi, administrateur délégué et président de Finmeccanica qui aurait versé des pots de vin pour décrocher un contrat de 12 hélicoptères achetés à une société qu'il dirigeait. Des hélicos de luxe destinés à la classe politique (560 millions d'euros ). Très impopulaire dans une économie en récession avec des politiques qui répètent le refrain de la rigueur.

Berlusconi vraiment fini ?

Silvio Berlusconi sait qu'il ne passera pas. Son seul objectif : incarner une oppostion forte et une position crédible de député à l'Assemblée. (immunité parlementaire)

Dans la dernière ligne droite, il lance ses dernières forces dans la bataille. Une promesse d'amnistie fiscale. Une lettre envoyée à tous les citoyens annonce l'abrogation de l'IMU (taxe immobilière) imposée par Monti . Berlusconi promet même de rembourser ceux qui l'ont déjà payé.

Les chansons de campagne

Il est une tradition en Italie, chaque parti dans une campagne électorale a un hymne. Le Parti Démocrate a reprend à son compte des succès de la chanson italienne. Mi fido di te de Jovanotti pour Veltroni en 2008, Gianna Nanini en 2013 incarne le spot de campagne de Pierluigi Bersani.

Mais la vraie sensation de cette campagne vient encore une fois du camp Grillo qui lance sur scène une jeune rappeuse qui enflamme tous les meetings

Et voilà qu'aprèsDario Fo, une autre pointure de la culture italienne, un autre artiste souvent engagé à gauche rejoint le rang des soutiens à Grillo.... Adriano Celentano

Dans les rangs du centre droit italien, les Berlusconiens ont renoncé au tournage d'un vidéoclip. En 2008, le spot avait généré railleries et parodies. Il Cav l'avait jugé contreproductif.

CIAO BELLO

Une émission spéciale dédiée à la mémoire deRuggero De Pas , rédacteur en chef de France Inter et Président du Cape (Centre d'accueil de la presse étrangère)

Ruggero de Pas
Ruggero de Pas © Radio France

Notre ami et collègue italien nous a quitté vendredi dernier. Il est toujours bon ton de vanter les mérites de ceux et celles qui disparaissent

Ici, je dirai simplement que cet homme ne pouvait pas être antipathique. Sa nature était ainsi faite.

Le rire et la dérision reprenaient toujours le dessus.

Et ce Ciao bello lancé de sa voix joyeuse va me manquer.

Tu vas nous manquer.

Partout Ailleurs et les élections italiennes sur twitter : @ericvalmir

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.