Le pouvoir qui conduit à la colonisation forcée des amérindiens au Canada /// Le pouvoir qui fait des africains les esclaves d'exploitants agricoles dans le sud de l'Italie /// Le pouvoir de l'argent qui donne les clés du monde aux émirs du Qatar .

En Abitibi dans le nord du Québec

Les ravages de la colonisation sur les communautés amérindiennesau Canada . Jusque dans les années 70, 150 000 enfants d'indiens et d'inuit ont été scolarisés de force, objets d'humiliation et victimes de sévices sexuels.

Le gouvernement canadien a nommé une Commission Vérité et réconciliation qui visite chaque province pour témoigner d'événements passés et tente de rapprocher Amérindiens et autres Canadiens.

Ce mois-ci, les audiences se tiennent notamment dans la région d'Abitibi-Temiscamingue . Pascale Guéricolas, notre correspondante à Québec s'est rendue sur place.

Carte Abitibi
Carte Abitibi © Radio France / PCW

Confrontés au mal de vivre, beaucoup d'Améridiens d'Abitibi des Algonquins sombrent dans l'alcoolisme et la drogue. Et les impacts sur leurs descendants se font ressentir notamment sur les bancs de l'école primaire de Kiticisasik , enfouie dans les bois. Des enfants souvent perturbés par des parents peu présents et qui boivent de plus en plus.

Reprendre en main la nouvelle génération est le défi de la communauté amérindienne. Principale distraction des plus jeunes : le hockey, même par moins 20 degrés.

Jeune fille brodant
Jeune fille brodant © David Virgule

Les grands-parents essaient d'inculquer les valeurs indiennes aux générations suivantes. Ici, Margot Wylde , 62 ans initie son petit fils à l'artisanat. Le grand-père maternel apprend, lui, à l'enfant comment piéger les lièvres et trapper les petits animaux.

Chaque semaine une dizaine de jeunes Algonquins se retrouvent dans les sous sols du centre d'amitié autochtone de Val D'Or. Même processus. Les koukoums , (grand-mères) enseignent les techniques pour confectionner les mocassins en cuir, parfois décorés de perles.

Bloc sanitaire
Bloc sanitaire © David Virgule

Maison clouée
Maison clouée © David Virgule

Sans eau courante, les 400 habitants de la communauté peuvent au moins compter sur le bloc sanitaire : douche chaude et machines à laver sont disponibles pour tous. Ces Algonquins, installés près du lac Dozois, refusent de faire partie d'une réserve amérindienne comme les autres citoyens des Premières Nations. Occupant illégaux de leurs propres terres, ils n'ont donc pas accès aux mêmes services que les autres.

Une région abandonnée. A Kitcisakik , les maisons risquent souvent l'inondation au printemps au moment de la fonte des neiges. Les habitations ne sont pas isolées, elles ne sont pas reliées au réseau électrique, le sol est instable et le projet de nouveaux équipements remis sans cesse à plus tard. La communauté autochtone amérindienne n'est pas entendue par le gouvernement.

Il faut donc organiser la vie, (rigoureuse) autour du grand lac Victoria . La nuit, l'hiver, le mercure chute parfois en dessous des -35 degrés.

Pont
Pont © David Virgule

Reportage de Pascale Guéricolas , correspondante à Québec

Dans les Pouilles, la tentation de l'esclavagisme

Victimes des Mafia et des passeurs, les immigrés africains clandestins se voient confisquer leurs passeports dès leur arrivée en Italie et sont traités pratiquement comme des esclaves dans les exploitations agricoles . Sous rémunérés et entassés dans des ghettos pour ydormir, ces africains venus chercher l'El Dorado attendent des jours meilleurs.

Reportage dans les Pouilles, les environs de Foggia dans le Sud de l'Italie de Mathilde Auvillain, c'est qussi le dossier multimédia de la semaine.

La crise chypriote, la religion s'en mêle

Il fut un temps, le président de Chypre était aussi l'archevêque. Actuellement le patriarcat de Moscou est dépêché par le gouvernement pour négocier le rachat de la dette bancaire par la Russie . En effet, Moscou considère l'île chypriotte comme sa chasse gardée religieuses et culturelle. De surcroit, l'Eglise de Chypre est le premier propriétaire foncier de l'île. Bref, les instances religieuses paniquent devant cette crise économique. Par Isabelle de Gaulmyn du journal La Croix, notre partenaire.

Le Qatar, pays hôte du sommet arabe

Nouveau sommet des pays arabes à Doha au Qatar les 27 et 28 mars prochains. A l'ordre du jour, la crise syrienne, la question palestinienne et la situation économique dans le monde arabe.

Au fil des ans, le Qatar cherche à s'imposer sur l'échiquer international.

Et tout est bon pour vanter les mérites du Bien Vivre à Doha .

Mais l'envers du décor révèle une toute autre réalité, comme nous l'évoquions notamment dans Interception le 3 mars.

Pour nous en parler, invités de Partout Ailleurs , Christian Chesnot et Georges Malbrunot , auteur de "Qatar, les secrets du coffre fort " chez Michel Lafon .

Qatar - Les secrets du coffre-fort
Qatar - Les secrets du coffre-fort © Michel Lafon

Les médias britanniques bientôt sous contrôle ?

Bien que considérée comme la plus forte au monde, la presse britannique est fragilisé par l'affaire "news of the world" qui a defrayé la chronique en 2011.

Depuis, les trois principales formations politiques réfléchissent à la mise en place d'un organisme pour contrôler les médias. Les patrons de journaux invoquent la liberté de la presse, les porteurs du projet les pratiques frauduleuses de certains tabloïds.

Correspondance à Londres de Franck Mathevon .

Musiques d'ailleurs

Le komuz est un luth à manche long d'Asie centrale, principalement utilisé dans la musique kirghize, au Kirgizistan, ancienne république de l’URSS. C'est le seul luth de cette région à avoir trois cordes et non deux. Autant dire qu’il est utilisé depuis toujours pour la musique traditionnelle. Or voilà que les jeunes générations s’en emparent pour organiser des duels qui drainent un public de plus en plus nombreux

Partout Ailleurs sur franceinter.fr :

Mariel Bluteau, Anne Douhaire, Pascale Guericolas, Mathilde Auvillain, Eric Valmir

Partout Ailleurs sur Twitter :

Partout Ailleurs, le générique :

Ailleurs , une composition originale d'Hervé Dejardin et Valentin Couineau

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.