Les affrontements meurtriers, l'offensive des "houtis " d'obédiencechiite , la démission du premier ministre, l'intervention urgente des Nations Unies, les évènements se sont accélérés en quelques heures ce week-end dans un Yemen en plein chaos. Mais la situation était prévisible tant le pays connait un climat insurrectionnel depuis plusieurs années.

En fait depuis sa réunification en 1990 -le Yémen du Sud, république démocratique populaire du Yémen, pro soviétique tombe avec le mur de Berlin et fusionne avec le nord, proche des Saoudiens et indirectement des Etats-Unis- la République du Yémen va vivre sous le joug d'un régime, celui d'Ali Abdallah Saleh .

Dans le nord ouest du pays, une rebellion contre son pouvoir s'organise. Les Houtis d'obédience chiite mais plus politique que religieux, contestent le gouvernement yéménite et prennent les armes à plusieurs reprises.

6 conflits armées recensés depuis 2004.

Et puis en 2011, les révolutions arabes. Les Yéménites, niveau de vie très pauvre, sont dans la rue pour protester contre la misère. Violentes répressions. Mais les Houtis contre attaquent et mettent en avant les revendications sociales portées par la population pour obtenir son soutien.

Manifestations à Sanaa
Manifestations à Sanaa © / CTC

Saleh démissionne en nouvembre 2011 , la position est devenue intenable. Un nouveau président est élu en 2012 . Abd Rabbo Mansour Hadi. Mais les Houtis ne voient pas la différence avec l'ancien régime. Monopole du pouvoir et corruption.

Un risque de guerre civile s'amplifie avec le temps qui passe.

Mardi et mercredi dernier, des violents affrontements entre les chiites et les combattants sunnites épaulés par l'armée yéménite ont tué 38 personnes . L'avancée des rebelles chiites est fulgurante. Casernes occcupées, radios et télévisions publiques investies et un cessez le feu signé sous l'égide des Nations Unies. Le premier ministre a démissionné hier. Aujourd'hui, les Houtis réclament l'application des accords du dialogue national, un processus de concertation initié en 2013 et qui doit aboutir à une organisation fédérale du pays avec la création de 6 provinces. Fort de leurs avancées militaires, ils veulent aussi des postes clés dans le futur gouvernement.

Entretien avecFranck Mermier, chercheur au CNRS, spécialiste du Yémen, co auteur de "Yémen, le tournant révolutionnaire " chez Cefas-Khartala.

Et sur le site del'OrientXXI, un travail complet et exhaustif sur la situation au Yémen ces trois dernières années.

sur twitter

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.