Le temps presse.

Pour le compte d'Arte, Thomas Dandois et Valentine Bourrat tournaient un reportage sur la condition des Papous occidentaux , victimes d'une colonisation Indonésienne. Un dossier sensible résultat d'un conflit larvé entre l'armée indonésienne et les séparatistes papous.

Valentine Bourrat et Thomas Dandois
Valentine Bourrat et Thomas Dandois © / CTC

Les deux journalistes travaillaient avec un visa touriste. Logique, toute demande de visa presse est rejetée par Djakarta .

Les rédactions qui veulent parler de cette colonisation, de cette guerre qui n''en porte pas le nom, ont donc pris l'habitude d'envoyer des reporters avec des visas touristes. Ceux qui étaient surpris dans l'interview de papous étaient en général expulsés au bout de 48h.

En revanche, Thomas Dandois et Valentine Bourrat ont été gardés en détention. Le risque que Djakarta veuille faire un exemple pour dissuader toute incursion journalistique en zone papou est grand.

Une décision administrative doit être rendue à leur encontre avant le 13 octobre. Soit ils sont expulsés, soit ils sont remis à la justice indonésienne avec un procès à la clé où ils encourent une peine de 5 ans de prison ferme.

Thomas Dandois et Valentine Bourrat
Thomas Dandois et Valentine Bourrat © / CTC

Les autorités françaises ne ménagent pas leur peine. Mais difficile de trouver un interlocuteur en raison de la vacance du pouvoir à Djakarta.

Un nouveau président a été élu le 9 juillet et prendra ses fonctions le 20 octobre . Les sortants n'ont aucune envie de s'impliquer dans une affaire qui ne peut rien leur apporter et les futurs entrants sont plus préoccupés par la répartition des postes que du sort de 2 journalistes Français.

Bref un calendrier défavorable et une campagne de presse locale hostile à Thomas et Valentine. Il est urgent d'agir, après une période de discrétion qui voulait préserver un climat propice à la négociation.

Mais le temps file sans que rien ne bouge.

ENTRETIEN AVEC CHRISTOPHE DELOIRE, secrétaire général de Reporters sans Frontières

sur twitter

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.