Erri de Luca
Erri de Luca © Radio France / EV

En France, cet été, les violences dans les manifestations pour la défense de Gaza ont posé la question de l'engagement. Comment soutenir une cause et marquer une solidarité à des peuples opprimés ? Doit on bannir son rapport à l'émotion et ne pas succomber à la colère que véhiculerait une information parfois simplifiée répondant à des logiques binaires ? A la violence insupportable d'image détournée ?

Comment ajuster avec précision la nature de nos réactions ? Comment en vouloir aux organismes et association qui tentent de provoquer des électrochocs dans nos sociétés pour que des atrocités ne soient pas commises en toute impunité ? Et comment jauger sa propre implication, sa responsabilité personnelle dans les violences perpétrées à travers le monde ?

"Un engagement ne se décrète pas, il ne se hurle pas, il se vit" dit en substance Erri de Luca. Dans ses textes, l'écrivain italien n'a jamais abordé la politique, le syndicalisme ouvrier, ses engagements en Bosnie et en Afrique. Il ne faut pas tout mélanger.Un engagement ne se présente pas comme un porte drapeau, c'est une affaire personnelle . Conversation avec Erri de Luca.

sur Twitter

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.