Le contrôle social et du corps des femmes commence-t-il à l'école ? En short, en crop top, ou tous nus, tatoués, épilés, ou poilus, et des pieds jusque vers la tête, comme dirait l’autre, v’nez comme vous êtes.

Le contrôle du corps des filles commence-t-il à l'école ?
Le contrôle du corps des filles commence-t-il à l'école ? © Getty / martin-dm

L’école : la fabrication des normes ?   

Enfin ça c’est ce que l’on croyait, qu’on pouvait faire ce qu’on voulait, que l’habit ne faisait pas le moine, pas plus qu’il ne transforme en nonnes, celles qui veulent aller à l’école, en montrant un ventre, une épaule.

Sur le fronton, y avait marqué : égalité, et liberté. Sous les préaux, à la récré, on devait tous se mélanger. Fille garçons indifférenciés, une parfaite mixité. Un idéal, une équité, qui a tôt fait de se fracasser le mur de la réalité. Eh toi là bas, viens, ramène toi, c’est quoi ce string qui dépasse, tu peux pas venir comme ça en classe ! On voit tes tétons, attention, tu sais ça excite les garçons. Te plaint pas s’il t’arrive malheur, t’as qu’à pas te mettre en débardeur. Allez zou cache moi donc ces formes, rentre chez toi, passe l’uniforme… Surtout t’avises pas d’oublier que ton corps est devenu sexué… L’adolescence t’es tombée dessus alors on va te ranger, dans un genre on va t’assigner. Et y a des normes à respecter, et toi tu vas les intégrer, oui on va te les faire avaler.

Ah non non non pas forcément. Cette année elles sont rentrées dedans, ont pulvérisé le règlement. Et notre corps nous appartient, on montre nos nombrils ou nos seins, vous avez rien à dire là dessus, sinon je tweete, paye ton bahut. Et le hachtag a circulé, et le débat s’est enflammé. Tout le monde a eu son mot à dire, sur les filles et sur leurs tenues, et comment elles devaient sortir, comment elles devaient s’habiller, se tenir droites, pas provoquer. Nombril dehors ou bien rentré, oui même ça on l’a commenté.

Les invités :

  • Sophie Ferry, enseignante dans le supérieur a publié une tribune dans le journal Libération
  • Stéphane Clerget, Pédopsychiatre, auteur du livre, _Ados, le décodeur, (_Edition Leduc).  
  • Edith Maruéjouls, directrice du bureau d’études L’ARObE ( L’Atelier Recherche Observatoire Egalité). Elle accompagne actuellement des villes sur des projets d’écoles égalitaires 

Observateurs de l'actualité 

  • Maxime Ruszniewski, producteur de Pardi productions : la loi bioéthique sur la parentalité des homosexuels et la PMA
  • Clarence Edgard-Rosa, journaliste et fondatrice de Gaze, la revue des regards féminins qui sortira en novembre elle parlera de Amy Coney Barrett nommée à la cour suprême américaine
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.