Au l'aube d'un nouveau rassemblement contre la PMA, revenons sur l'histoire de ce modèle familial soit-disant traditionnel...

Un papa + une maman : depuis quand ?
Un papa + une maman : depuis quand ? © Getty / Westend61

Mises sous tutelle, elles la fermaient. Filles, épouses, mères, on les coinçait. Dans un foyer qu’elles devaient tenir, des enfants qu’elles devaient élever, une marmite à faire bouillir, parce que le mari faut bien le nourrir. Bizarrement ça ne leur allait plus, pendant des siècles, elles se sont tues. Mais elles se sont mises à l’ouvrir et ce jusqu’au point de bascule. Elles ont obtenu la pilule, un enfant si elles le voulaient et puis le droit de travailler. Indépendantes financièrement, elles ont enfin pu se barrer. Le divorce est facilité, le mariage devient compliqué…

Les liens se font et se défont, le sacrement n’est plus sacré, et il est même satanisé… Quand deux personnes de même sexe, à leur tour veulent se marier. Oh mon dieu il parait qu’ils s’aiment, qu’ils voudraient même faire famille, un garçon avec un garçon, et une fille, avec une fille… Font des enfants, deviennent parents, quand on vous dit que tout fout le camp. Un papa ET une maman, c’était bien ça, l’idée, pourtant. C’était rangé, c’était genré, y avait un chef, c’est arrangeant, c’était le modèle dominant. 

Oui, mais à force d’être nucléaire, elle a fini par exploser. Décomposée, recomposée, elle a été Nagasakée, a force d’être Hiroshimée. En mille morceaux on l’éparpille, oui on l’éclate la famille… La voilà monoparentale et maintenant homoparentale. A ceux qui crieraient au scandale, je dirais eh, pas de panique… Ça fait flipper, la liberté. Mais quand le modèle est unique, on a du mal à respirer. On était quand même à l’étroit. Aujourd’hui au moins, on a le choix. 

Avec :

* François De Singly, sociologue spécialisé dans le couple et la famille, et professeur à l'Université de Paris. A retrouver en Novembre à la parution de L'individualisme est un humanisme, sa nouvelle publication aux éditions de l'Aube. 

* Agnès Walch, historienne, spécialiste du couple, de la famille et de l'amour. Sur le thème de l'émission, vous pouvez retrouver son livre Où va le mariage ? publié chez Fayard en 2013. 

Comme tous les vendredis en deuxième partie, place à l’actualité du genre et des sexualités. Pour en débattre, nous serons avec nos observateurs du jour :

Marie Kirschen, rédactrice en chef des Inrocks.com, journaliste spécialisée sur les questions de genre, d'égalité femme-homme et les questions LGBTQ. A retrouver dès maintenant sur le site des Inrocks, un papier très intéressant à propos de Virginia Woolf, qui n'a jamais reçu le prix Nobel...

Laurent Sciamma, humoriste pro-féministe. Son spectacle « BONHOMME » est à retrouver au Café de la Gare à Paris, depuis le 16 Septembre, tous les lundis à 21h et jusqu'au 30 Décembre et bientôt en régions.
Il y parle féminisme, privilège masculin, déconstruction de la virilité...

Ce soir zoom sur un article du New York Magazine où l'on parle sincèrement du coût des victimes de viol de parler... Que se passe-t-il une fois que la parole s'est délié ? Mais aussi sur ce restaurateur condamné pour incitation au viol après avoir écrit dans son resto sa recette pour choper... Le GHB.

Programmation musicale :

Lomepal, Evidemment

Billie Eilish, All the good dirls go to hell

Bronski Beat, Smalltown boy

Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.