Avocate militante, autrice de "Mister T et Moi", aux éditions Marabout … Un fauteuil, une robe, un combat.

En 1979, 30 avril, Santiago du Chili. La mère est belle, très belle. Le père barbu. Et photographe. Clic, clic, il mitraille la petite, elle se dérobe, et elle s’agite, le poing levé, elle est déjà en train de gueuler. Les médecins sont un peu inquiets, pas comme les autres, ce bébé. On prédit tout, surtout le pire, aux jeunes parents ça va sans dire. Leur en faut plus, pour s’écrouler, ils ont déjà bien encaissé. Alors ils prennent la petite sous le bras, l’emmènent en France, pour la soigner, tu seras mieux traitée là bas, tu grandiras, et tu verras, que le monde n’appartient qu’à toi.

La petite acquiesce - enfin je crois. Elle pense que la joie est un choix, et que la vie, le reste suivra. Son poing elle ne l’a pas baissé, dans sa chambre un poster du Che, elle refait le monde, dans les cafés, peut y passer des heures entières, t’façons elle aime pas cuisiner. Oui, ce monde elle va le changer. C’est même lui qui va s’adapter. Au pire elle lui fera la peau, à coups de griffes, ou de ciseaux – gamine elle trouait ses collants, plus grande scotchée devant l’écran, c’est des plaidoiries aux cordeau, dont elle va ciseler chaque mot, vérifier, et puis contrôler, relire et puis examiner, rayer, barrer, recommencer, et à nouveau revérifier. Obsessionnelle ? Non, vous pensez… C’est juste que quand on veut foncer, dans le tas, vaut mieux savoir viser. La petite avait le poing levé, la grande avance à mots fuselés. Quand elle s’en sert : touché, coulé. Alors y a plus qu’à… Ecouter.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.