Pendant que les contours de la PMA se dessinent à l'Assemblée nationale, donnons la parole aux principales intéressées.

Une pancarte PMA pour toutes au dessus du cortege de la gay pride lors de la marche des fiertés 2019 à Rennes le 8 juin 2019.
Une pancarte PMA pour toutes au dessus du cortege de la gay pride lors de la marche des fiertés 2019 à Rennes le 8 juin 2019. © AFP / Maud Dupuy / Hans Lucas

Ça, c’est un conte de fées qu’on connaît par cœur… Avalée dès le premier biberon. Une princesse, dans son donjon. Et puis un prince, charmant, charmeur. Quelques obstacles surmontés, une belle-mère empoisonnée, ou un dragon décapité, et les voilà soudain mariés. Heureux, amoureux, et même mieux : une grappe d’enfants tout autour deux. Oui je sais ça va très très vite, mais c’est un conte, donc c’est magique. 

Ça, c’est une histoire à se faire peur, qu’on se raconte au coin du feu… Dans les chaumières, des sorcières s’amusent à nous épouvanter, fabriquent de manière satanique, des petits êtres maléfiques. Des bébés qu’on a arrachés à un père qu’on a effacé. Achetés pour argent comptant, sur catalogue ces enfants, serviront d’accessoires, de jouet, à toutes ces mères célibataires, ces mamans solos, ces démones qui ont voulu s’passer d’un homme. Y a même pire, vous savez quoi ? Certaines ont préféré les femmes, c’est vous dire si elles n’ont pas d’âme…

C’est fou ce que la boîte à fantasmes est prête à produire par moments… Quand on voit le cadre bouger, les barrières se mettre à tanguer, qu’on égratigne le conte de fées… Pourtant c’est peut-être plus simple que ça… A l’origine d’une PMA… Un truc tout bête, universel, certains diraient même : naturel… « Le désir d’enfant », oui, je crois… Je crois qu’on appelle ça comme ça. 

Avec : 

* Marie Labory, journaliste et présentatrice d'Arte journal, une semaine sur deux, du lundi au vendredi à 19h45, voix engagée sur les combats LGBT, mais aussi créatrice d’une web émission féministe sur Arte intitulée Kreatur, et mère de deux petits jumeaux nés par PMA, en Espagne. 

* Isabelle Laurans, enseignante, et co-fondatrice de Mam'ensolo, association qui vient en aide aux mères célibataires, ayant conçu leur enfant par PMA, elle même mère d'une petite fille de 4 ans, née par PMA en Belgique. 

Comme tous les vendredis en deuxième partie, place à l’actualité du genre et des sexualités. Pour en débattre, nous serons avec nos observateurs du jour :

Christophe Martet, journaliste et rédacteur en chef de Komitid, le média LGBT+ engagé, et bénévole à l’ARDHIS, qui aide les migrants et migrantes LGBT+. Cette semaine, un très beau papier sur Marion, porteuse de trisomie, lesbienne, et animatrice d’ateliers à la vie sexuelle et affective està retrouver sur Komitid.

Jennifer Padjemi, journaliste et animatrice de Miroir Miroir, le podcast sur les représentations, la beauté et le corps dont la Saison 2 est à retrouver sur Binge Audio dès le 24 Septembre, et co-fondatrice de What’s Good, la newsletter de pop culture à la sauce féministe. Jennifer est également réalisatrice d'un très beau reportage qui sera diffusé sur Canal + Afrique sur l'infertilité en Côte d'Ivoire, également le 24 Septembre.

Cette semaine zoom sur Miss Monopoly, la version féministe du célèbre jeu, avec une mise en lumière sur les femmes inventrices avec l'idée de ne plus investir en biens immobiliers, mais plutôt d'acquérir des innovations créées par des femmes avec Jennifer Padjemi. Et Christophe Martet viendra nous parler de l'homophobie dans le sport, en partant des récentes déclarations de Noël le Graet, le président de la Fédération Française de Football, faisant suites aux récents arrêts de match pour cause de banderoles et chants homophobes dans les stades ces dernières semaines…

Programmation musicale :

Fouki, Positif

Cassius, Owlle, Don't let me be

Beyonce, Jay-Z, Crazy in love

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.