Sucrée, chocolatée, outée, LGBT... Vous allez comprendre. Vous connaissez les Oréos ? Vous aimez ? Vous apprécierez… En tout cas leur engagement, dans la lutte contre l’homophobie.

Un spot de publicité en forme de court métrage de la marque OREO
Un spot de publicité en forme de court métrage de la marque OREO © capture d'écran

Sucrée, chocolatée, outée, LGBT. Vous allez comprendre. Vous connaissez les Oréos ? Vous aimez ? Vous apprécierez, en tout cas, leur engagement, dans la lutte contre l’homophobie. Après un an de travail avec Pflag, principale association LGBT aux Etats Unis, la marque a diffusé ce clip, où l’on voit… Jen, jeune et jolie métisse présenter sa petite amie, Amy, à sa famille. 

Salut papa, et tu as faim et viens je t’embrasse, et viens on se fait des câlins entre sœurs parce qu’on s’aime, et on fait la vaisselle en amoureuses, comme ça, bling, on échange des clins d’œil complices pendant que les gosses jouent dans le jardin, c’est beau c’est chaud, c’est rigolo… C’est surtout iconique. On est dans la maison typique, d’une famille typique de la middle class américaine, alors on fait des choses absolument typiques, ou délicieusement banales… Et voilà comme l’homosexualité est tranquillement intégrée dans la plus grande normalité… 

Sauf pour le père de Jen, peut être. Un peu taiseux, on le croit gêné, mais pas du tout. Est-ce que je l’ai bien faite ? Demande, anxieux, le père à sa fille ? Tout la nuit, le père a peint la clôture de la maison aux couleurs de l’arc en ciel, le drapeau LGBT. A l’écran, ces mots : « un monde aimant commence par une famille aimante, montrez que vous pouvez être de #proudparents », des parents fiers de vos enfants, quelle que soit leur orientation sexuelle. Alors je sais, dit comme ça, ça peut même paraître un peu concon, sauf à se rappeler que depuis son arrivée au pouvoir, Donald Trump n’a cessé de restreindre les droits des personnes LGBT . Quand les actes homophobes et transphobes, eux, n’ont cessé d’augmenter. 

Les autres sujets 

  • Le décret de la semaine

Dit comme ça, c’est pas super sexy, mais attendez. Les entreprises espagnoles seront désormais comptables des différences de salaires entre les femmes et les hommes. Elles vont devoir publier leurs grilles de salaires médians, et moyens, pour les hommes, pour les femmes, et pour chaque poste. En fonction de quoi les salariés pourront, ou non, exiger une égalité de traitement. La question de la rémunération est centrale dans la lutte pour l’égalité femmes hommes, a rappelé la ministre du travail, Yolanda Diaz. « C’est sur la fiche de paye que s’observent toutes les discriminations dont les femmes font l’objet » Et, de fait, le compte n’y est pas. En Espagne, les femmes gagnent en moyenne 14% de moins que les hommes… A titre de comparaison, en France, c’est 9% de différence à poste équivalent et compétence égale, mais 24% tous salaires confondus. Oui, 24%.

  • Quelques chiffres pour finir

5133 : C’est le nombre de filles âgées de 10 à 14 ans qui sont tombées enceinte, l’an dernier, au Guatemala, et ça nous fait ce joli petit ratio de 1 tous les 14 jours… 20 millions, comme le nombre de femmes esclaves dans le monde… Mariage ou travail forcé, servitude pour dettes, ou servitude domestique, ça concerne donc 1 femme sur 130, sur l’ensemble de l’humanité, selon l’organisation Walk Free… Mais bonne nouvelle, 140 millions de filles y ont échappés. Oui, toutes celles qui ne sont plus là, la faute aux avortement sélectifs ou aux féminicides. Mais sinon, changez rien. Continuez de penser que les féministes exagèrent. 

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.