Contre les violences faites aux femmes, il y a des mots et des gestes qui sauvent...

photo d'illustration
photo d'illustration © Getty / kolderal

Tic, tac, tic tac, l’heure tourne et les secondes s’égrennent… Les minutes passent et il en faudra sept, à peine, pour qu’on en compte une de plus, ça sonne moins fort que l’Angelus, en sourdine c’est une rengaine, 14 minutes et une deuxième. La troisième puis la quatrième, d’ici la prochaine demi-heure, en rang d’oignon vont s’ajouter, au guichet des femmes violées, une file d’attente de la douleur, passent à la caisse, c’est obligé, 90 000, chaque année.

Tic, tac, tic, tac, comptez les jours et les semaines, le rythme sera toujours le même, et d’ici la fin du week-end : une femme sera morte assassinée. Par un ex ou par un conjoint, peu importe il avait la main : elle était sa propriété, elle a voulu lui échapper. Elles sont 135, cette année. La liste continue de s’allonger.

Tic, tac, tic, tac, le rythme en est si régulier, qu’on a fini par s’habituer. Et on pourrait presque glisser dans un sommeil tout doux, ouaté. Faut dire que c’est tellement pratique, faut dire que tout nous y invite. Fermer les yeux, tourner la tête, penser à autre chose c’est mieux. Se dire que c’est une fatalité, qu’on y peut rien, qu’est-ce vous voulez. Et puis ça nous regarde pas, et puis les hommes violent, c’est comme ça. 

Tic tac tic tac… Et pour autant il y a urgence, à combattre notre impuissance. Et pourtant on peut y arriver, et cette violence, la mater. Tous ensemble on sera plus fort qu’elle, tous ensemble oui on peut gagner. Suffirait peut-être d’essayer.

Avec : 

* Caroline De Haas, militante féministe et co-fondatrice du collectif Nous Toutes, à l'origine de la grande marche prévue demain à Paris et dans toute la France, contre les violences sexuelles.

* Gilles Lazimi, médecin généraliste au centre de santé de Romainville en Seine-Saint-Denis, militant au collectif féministe contre le viol et à SOS Femmes 93, et professeur à la Sorbonne Paris 7.

Comme tous les vendredis en deuxième partie, place à l’actualité du genre et des sexualités. Pour en débattre, nous serons avec nos observateurs du jour :

Maxime Ruszniewski, producteur de Pardi Productions, co-fondateur de la Fondation des Femmes. Vous pouvez retrouver en ligne « She Cannes », sa dernière collection d'entretiens sur l'égalité et la diversité dans le cinéma, à écouter sur shecannes.fr et sur toutes les plateformes de podcast.

Jennifer Padjemi, journaliste et animatrice de Miroir Miroir, le podcast sur les représentations, la beauté et le corps dont la Saison 2 est à retrouver sur Binge Audio dès le 24 Septembre, et co-fondatrice de What’s Good, la newsletter de pop culture à la sauce féministe. 

Cette semaine zoom sur les gender reveal, ces fêtes américaines complètement dingues où les parents font des folies pour dévoiler le sexe de leur enfant à naître à leurs proches. Mais aussi sur Clément, reine de la nuit, la nouvelle web-série documentaire d'Arte sur cet homme le jour, et reine des dragqueens la nuit...

Programmation musicale : 

Bertrand Belin, Barbara Carlotti, Lentement

Brittany Howard, Stay high

Tina Turner, Private dancer

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.