*

En quelques jours, des centaines, des milliers de visages se sont affichés sur les réseaux sociaux, en photo, ou en vidéo, avec la bouche peinte en rouge… Rouge sang, rouge pétant, éclatant de colère ou, à minima, de détermination. 

« Nous combattons la haine». Vemerloem Belem, rouge belem, c’est le hachtag, le mot d’ordre de ce mouvement devenu viral en quelques heures la semaine dernière. Car Belem; c’est l’endroit où réside le président Portugais. Là où aurait bien aimé s’installer André Ventura, candidat de l’extrême droite. On est en pleine campagne pour l’élection présidentielle. 

Et, en meeting, Ventura se fait très très plaisir en se payant la tête de Marisa Matias, chef de file, elle, du bloc de gauche. Enfin, pas la tête, plus exactement la bouche : qu’il juge trop rouge. « On dirait une poupée », ajoute-t-il, « c’est très mauvais pour l’image », se permet-il de pérorer, sans un mot, évidemment, pour son programme ou ses résultats. C’est pas neuf neuf, hein, cette façon de réduire une femme à son physique. Ce qui l’est plus, c’est la réaction des portugais. 

Ca ne passe pas, cette fois. Anonymes, comédiens, artistes, figures politiques ou militantes, ils réagissent, en bloc et pour dire non à ces vieux réflexes nauséabonds. Le mouvement atteint l’Espagne, où la ministre de l’égalité Irène Montero tweete : 

« En fait, ce qui vous dérange, c’est que les femmes occupent l’espace public sans demander la permission. » 

On est à deux doigts de se dire qu’elle n’a pas tort, voire qu’elle a peut-être un peu raison. Ca n’a pas suffi, cela dit. L’extrême droite confirme sa percée, avec 11% des voix. N’empêche, il semble très difficile aujourd’hui, d’agir en politique, sans que la question des femmes ne s’invite au milieu du débat… La preuve par les Etats-Unis. 

Aux Etats-Unis, c’est le violet qu’on affichait le jour de l’investiture de Joe Biden

Si on veut pinailler, on est sur un violet très franc pour Kamala Harris, du qui tire sur le pourpre pour Michelle Obama, une nuance vieux rose pour Elisabeth Warren, et du qui claque en mauve pour Hillary Clinton… Toutes nuances confondues, la question c’est : pourquoi ? Première réponse donnée par Hillary : parce que c’est la couleur de l’unité, entre le rouge républicain et le bleu démocrate, et que, après 4 ans de division, notre pays en a besoin…Oui. Sauf que c’est aussi la couleur qu’on obtient si on mélange le bleu garçon et le rose fifille… L’une des raisons pour laquelle le violet a toujours été la couleur des féministes et ce depuis les premiers mouvements des suffragettes. Kamala Harris le sait bien, elle qui, régulièrement, s’habille en violet. 

Violet, couleur des affiches de campagne choisies au début des années 70 par Shirley ShiSholm, première femme noire, démocrate, candidate à la présidentielle américaine, première femme noire, aussi, à entrer au Congrès. Donc c’est pas tout à fait comme si c’était anodin. Au contraire, ces 4 femmes en violet, ça dit la sororité, ça dit la lutte pour les droits des femmes, dans un pays qui, après 4 ans de sexisme débridé et de politique machiste, en a bien besoin aussi. 

Le violet se fait, doucement, une place au Congrès

Avec 27% de femmes élues, c’est le congrès le plus féminisé de l’histoire des Etats Unis… Même si, sans prendre une calculette, on le voit bien : est toujours loin de la parité. De la même façon, les minorités n’ont jamais été aussi représentées, sans pour autant, loin s’en faut, de refléter diversité réelle du pays. Vous y trouverez notamment 11 élus issus de la communauté LGBT, dont, et pour la première fois une sénatrice transgenre. Elle s’appelle Sarah Mac Bride et elle est démocrate. Bilan : une petite touche arc en ciel, une vaguelette violette, certes, ça vous repimpe la Maison Blanche, mais c’est pas Rio non plus. 

C’est le monde entier qui va virer arc en ciel, si l’on en croit le rabbin israélien Daniel Asor… Suivi par des milliers d’abonnés, il propage allègrement toutes les fakes news possibles sur le covid depuis l’apparition du virus. Dernière en date : « ne vous vaccinez pas, vous pourriez devenir homosexuel. » Ah ben oui, c’est connu. Et je suppose qu’avec du rouge à lèvres on se transforme en poupée qui parle.

L'équipe
Thèmes associés