Cette semaine : un bébé au parlement néozélandais, en pleine séance ; BMW se fait tacler sur les réseaux sociaux ; un juge britannique a rejeté la demande d'asile d'un homme issu d'un pays où l'homosexualité est illégale ; une étude menée par l’université d’Aix La Chapelle sur le "multitasking" .

Trevor Mallard tenant un bébé dans ses bras pendant la séance à l'assemblée néozélandaise
Trevor Mallard tenant un bébé dans ses bras pendant la séance à l'assemblée néozélandaise © Maxppp / EPA

L'image de la semaine nous emmène tout droit en Nouvelle Zélande 

La sauvagerie de ses roches volcaniques, sa farandole de petites collines, ses 60 millions de moutons – oui, je les ai comptés. La Nouvelle Zélande et son parlement, sa moquette kaki, ses bancs… kaki aussi. Un peu vides, un ce jour-là. On redémarre la session parlementaire en douceur, einh. Sur les bancs kaki, donc, plutôt des hommes, plutôt blancs, plutôt pas très jeunes. Tout va bien, donc, tout est normal… Sauf que… Tendez l’oreille, Fabienne ? 

Vous l’avez reconnu, le petit bruit chelou, là ? Un bébé. Oui, un bébé au parlement néo-zélandais, en pleine séance… Il a l’air bien, dans les bras de Trevor Mallard, le président de l’assemblée. Qui s’empresse d’ailleurs d’adresser via Twitter toutes ses félicitations aux papas. 

Papa au pluriel : Wairiki Coffey, député travailliste tout juste revenu de congé paternité, et son conjoint, Tim. Vous l’avez, l’idée : congé paternité, deux papas, un bébé à l’assemblée ? Eh ben voilà, ça s’appelle un strike. 

Praaahhh ! Bienvenue en 2019. 

Nos petits génies de la semaine, visiblement, sont restés bloqués en 2017

Avant le 14 Octobre. Avant MeToo…  Les petits génies de la pub, chez BMW, présentent leur dernier modèle… Attendez, je lis ce « Un concentré d’intelligence » : 

"Imposante, des formes athlétiques, un design expressif, une motorisation musclée, un châssis affûté et sûr de lui (oh oui, il est sûr de lui le châssis), extraverti, non conformiste, avec le caractère un peu provocateur de la double calandre rétroéclairée" – 

Euh… Ils carburent à quoi, exactement, chez BMW ? Bref cette voiture, je cite, "possédant tous les attributs du mâle dominant", "conçue pour diriger", vous prédestine "au rôle de chef de meute". Et je suppose que vous irez chasser le mammouth, après le rond-point à gauche. 

Evidemment, BMW s’est fait tacler sur les réseaux sociaux. "Chef de meute" et "mâle dominant", comment vous dire, ça coince un peu par les temps qui courent… 

Résultat, BMW a rectifié le tir. Aujourd’hui, sa petite dernière est "conçue pour exceller ". On va dire que c’est moins marqué. 

Fallait-il, ne fallait-il pas ? Quid de la toute puissance des réseaux sociaux : terrorisme de la pensée unique ou salutaire aggiornamento de notre vocabulaire ? Je ne sais pas, Fabienne, je ne sais pas. A la fois, moi, tant qu’ils m’ont pas touché à ma double calandre rétro-éclairée…

Modernité un jour, modernité toujours…

C’est un juge, britannique, qui vient de refuser le statut de réfugié à un migrant. Homosexuel, venu d’un pays où l’homosexualité est encore considérée comme un crime, peine de prison, lapidation, ce que vous voulez, étrangement, il ne se sentait pas hyper tranquille chez lui. Donc il a fui en Grande Bretagne. Donc il a demandé l’asile. 

Et donc on le lui a refusé, au prétexte qu’il ne faisait pas suffisamment gay. Et le juge de préciser : vous ne risquez pas d’être inquiété, puisque vous n’avez pas de manières assez efféminées pour un gay. Et le juge d’ajouter : par exemple, bon, moi, j’ai déjà accordé le statut de réfugié à un homosexuel, comme vous, mais lui, ben il mettait du rouge à lèvres. 

Ah ben oui. Forcément. T’as du rouge à lèvres, t’es gay, t’as tes papiers. 

Le scoop de la semaine…

Attention, ça vaut ça petite cacahuète. Non, les femmes ne sont pas génétiquement programmées pour descendre les poubelles ET prendre rendez-vous chez le pédiatre, depuis la cage d’escalier. 

Non, elles ne possèdent aucun attribut physiologique d’aucune sorte qui leur permettent de préparer un smoothie céleri basilic curcuma ET de changer des couches – à la fois, ça vaut mieux, les deux en même temps, c’est un peu dégueu. 

Bref, contrairement aux idées reçues, si les femmes se tapent 80% des tâches ménagères, ça n’est pas parce qu’elles seraient dotées d’une super-capacité neuronale qui leur permette de faire deux choses en même temps. Non, c’est juste qu’elles se font avoir. C’est une étude menée par l’université d’Aix La Chapelle. On  a pris deux groupes de cobayes : des hommes d’un côté, des femmes de l’autre. 

On a demandé à chaque groupe de classer des chiffres en pairs et impairs, et puis des lettres en voyelles et consonnes. Les deux classements devant s’opérer simultanément. Conclusion : Ils sont tous aussi mauvais les uns que les autres. Le journal Le Temps, qui publiait cette étude en déduit donc : l’aptitude des femmes au multitasking n’a rien de naturel

Il semblerait bien que nous soyons face à un stéréotype qui justifierait l’inégale répartition de la charge domestique entre les hommes et les femmes. 

Ah bon ?  

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.