Féminisme : du gros mot, à la mode bankable...

On les disait austères, sévères,  autoritaires et en colère, oh mon dieu c’est quoi ces mégères… Des peine à jouir, des mal baisées, elles allaient toutes nous les couper et tous les hommes émasculés, à cause d’une bande de viragos. « Féministe » était un gros mot et il faisait froid dans le dos. Elles voulaient prendre le pouvoir, et à leur tour nous mater, et dominer, les différences, les effacer, le masculin, l’écrabouiller, guillotiner la séduction… C’est fou ce que l’imagination peut nous raconter comme histoire… 

C’est fou ce qu’elles ont pris dans la poire, celles qui voulaient l’égalité. Et puis un peu de liberté. Et voir écrit « sororité » juste à côté de fraternité… Elles demandaient un peu de justice. On a dit stop au castratrices et aux bûcher leur vanité. Jusqu’à ce qu’une bande d’actrices, un peu téméraires ou fêlées, viennent se jeter dans la mêlée. Et puis voilà que Beyonce, la Queen, la reine, l’impératrice, décide aussi de s’en emparer. De poudre, c’est une traînée… Sur Twitter, cascade de Mots Clés. C’est du nous toutes, c’est du MeToo, du Time’s Up ou Balance ton Porc, elles sont des milliers à faire corps. A l’ère du 2.0, à celle des réseaux sociaux, le féminisme change de visage, et le mot pimp son image. Il séduit, il est même sexy, quand il s’affiche sur les poitrines, de toutes ces belles anonymes. C’est un T Shirt, produit par Dior, on en veut encore et encore… Ça marche, ça prend, et puis ça vend, tant pis si celles qui l’achètent comprennent pas bien tous les slogans. Ce qui compte c’est d’être dans l’air du temps. Voir celles qu’on traitait d’hystériques devenir d’un coup… Télégéniques.

Avec :

* Raphaëlle Rémy-Leleu, militante féministe et autrice du livre Beyoncé est-elle féministe ?, co-écrit avec Margaux Collet publié aux éditions First le 20 Septembre 2018 toujours disponible en librairie

* Marion Seclin, scénariste et comédienne dans la série Zérostérone qu’elle a co-écrite et dont elle incarne un des rôles principaux sur France TV Slash. Marion est aussi à retrouver sur un podcast 100% fiction dès le 7 octobre 

* Florence Montreynaud, créatrice des Chiennes de garde interviendra également par téléphone, à l'occasion de l'anniversaire de l'association créée en 1968.

Comme tous les vendredis en deuxième partie, place à l'actualité du genre et des sexualités. Pour en débattre, nous serons avec nos observateurs du jour :

Maxime Ruszniewski, producteur de Pardi Productions, co-fondateur de la Fondation des Femmes. Vous pouvez retrouver en ligne « She Cannes », sa dernière collection d'entretiens sur l'égalité et la diversité dans le cinéma, à écouter sur shecannes.fr et sur toutes les plateformes de podcast, mais aussi le retrouver le 2 Octobre au YouTube Space à Paris pour une conférence sur la parité dans le cinéma.

Cécile Daumas, rédactrice en chef adjointe en charge des pages Idées de Libération, qui lance « L », la nouvelle newsletter mensuelle de Libération sur le féminisme, le genre et les sexualités à retrouver tous les derniers samedi du mois aux abonnés de Libération et aux futurs abonnés bien sûr !

Cette semaine zoom sur la condamnation pour diffamation de Sandra Muller, la femme à l'origine du hashtag BalanceTonPorc, mais aussi sur Un jour de pluie à New York, le dernier film de Woody Allen qui tirerait encore sur de vieux clichés sexistes...

Programmation musicale : 

Malik Djoudi, Dis moi qu't'y penses

Lizzo, Cuz i love you

Mary-J Blige, Family Affair

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.