France en chinois
France en chinois © Radio France

En chinois, Fǎguó (法国). D’où vient ce mot ? Dans la plupart des langues, pour nommer un pays, on écoute comment les gens de ce pays le prononcent, on essaye de le prononcer avec sa propre langue et les sons qu’elle permet d’articuler, et on n’a plus qu’à retranscrire ces sons avec son alphabet.

Problème : en chinois, il n’y a pas d’alphabet. Alors, comment faire ? Les Japonais, dont la langue écrite est à l’origine basée sur les caractères chinois, ont trouvé une solution : ils ont créé le kata-kana, c’est-à-dire un syllabaire spécialement dédié à la transcription des noms étrangers. Un peu comme nos mots à nous.

Côté chinois, la langue est restée exclusivement basée sur les vieux caractères hérités des dessins primitifs, donc chargés de sens. Quand, au 17ème siècle, les mandarins de la cour de l’empereur ont vu débarquer à Pékin une colonie de savants jésuites envoyés par Louis 14, ils ont été confrontés à une double difficulté : non seulement il fallait trouver des caractères dont la prononciation rappelle le mieux le son « France ». Mais aussi dont la signification, en plus, pouvait coller avec ce que les émissaires français leur ont raconté sur leur étrange contrée : dans quelle direction se trouve leur pays, quelles sont ses symboles, de quoi parlent ses habitants, etc. etc.

Et c’est comme ça que nous sommes devenus officiellement les habitants du royaume de « Fǎlánxī » (法兰西), Français. « Fǎ », la méthode, ou la loi, « Lán », l’orchidée, et par extension la fleur de lys, symbole de la monarchie française et enfin « Xī », l’Ouest. Nous sommes donc les heureux citoyens du « pays de la méthode et de la fleur de lys des terres d’Occident ».

Au fil de l’histoire, ce mot va être simplifié, et on ne va plus retenir que le premier caractère, « fǎ » (法). Parce qu’aucun autre pays dans le monde ne commence par le son « fa ». Et puis, pour les bons républicains que nous sommes devenus, la fleur de lys, c’était devenu un peu vexant. A ce « fǎ », on ajoute aujourd’hui le caractère du pays, « guó » (国). Et c’est comme ça que l’on obtient « Fǎguó », le nom actuel de la France. Le « pays de la méthode », Une sorte d’hommage à la philosophie cartésienne.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.