En 2015, cette Suissesse a vécu une incroyable traversée en Australie de l'ouest : durant trois mois, en solitaire, elle a marché en se nourrissant de ce qu'elle trouvait sur son chemin.

Dans le bush australien
Dans le bush australien © Getty / tim phillips photos

Extraits du témoignage de Sarah Marquis :

"Le décor est magnifique, ce sont des roches rouges qui deviennent flamboyantes au coucher du soleil. La journée, c'est un vent constant. Ces régions d'Australie sont infestées de crocodiles, de serpents, et de petits trucs qui courent dans tous les coins, avec des poils partout et avec six à huit pattes...

Chaque pas, chaque chose que je faisais devait être très conscient. Vous devenez très connecté à la terre très rapidement parce que sinon vous ne survivez pas. 

Je ne pouvais pas aller là en autosuffisance : j'ai pris 150 grammes de farine par jour sur moi. Ça voulait dire que j'allais devoir chasser, pêcher. Le premier poisson que j'ai pris, j'étais euphorique, je chantais toute seule au bord [de la rivière] avec mon poisson au bout de la ligne jusqu'à ce que je comprenne qu'il y avait un problème : un crocodile me piquait mes poissons.

Au bout de trois jours je pensais que j'avais faim. Au bout de trois semaines, je me suis dit « cette fois je vois ce que c'est que la faim ». Au bout de deux mois, j'ai compris ce que c'était : c'est quelque chose qui vous ronge de l'intérieur. Vous ne pouvez pas ne pas penser, une demi-seconde dans votre journée, à la faim. Elle est présente. Physique. Je pensais que je me connaissais, jusqu'à ce que j'ai vraiment faim." 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.