Alain Maignan est un aventurier "hors norme". Ce facteur en Ille-et-Vilaine a économisé pendant quatre ans ses jours de congés pour réaliser son rêve : faire le tour du monde à la voile en solitaire, sans escale et sans assistance, sur un simple bateau de plaisance.

Alain Maignan, facteur à Plélan-le-Grand, 52 ans, arrive, le 11 avril 2007 à la Trinité-sur-mer, après avoir effectué un tour du monde à la voile en solitaire et sans escale en 185 jours à bord de son voilier de 10 m.
Alain Maignan, facteur à Plélan-le-Grand, 52 ans, arrive, le 11 avril 2007 à la Trinité-sur-mer, après avoir effectué un tour du monde à la voile en solitaire et sans escale en 185 jours à bord de son voilier de 10 m. © AFP / Fred Tanneau

"J'avais supprimé plein de couchettes puisque j'avais plein de nourriture à embarquer"

"Je quittais le travail le 1er octobre, je partais le 7. Je devais reprendre le travail le 16 avril".

"Au bout de trois semaines, je me fracasse les côtes sur la barre. Après : les drisses qui pètent. Donc j'ai été obligé de monter là-haut dans une mer un peu formée... J'étais coincé là-haut, je ne pouvais plus redescendre ! Quand je suis descendu, je me suis dit 'Tu vas réussi ton tour… Mais j'en n'avais pas fait la moitié !"

"J'ai chaviré plusieurs fois, trois fois dans l'Indien, quatre fois dans le Pacifique. Là, ça a été dur. J'étais tout seul, pas dans le cadre d'une course. Je me disait 'Si on doit couler, on coule tous les deux (en parlant à mon bateau) et puis terminé"

"C'est une vie complètement à part ! C'est la liberté totale. On est plus libre qu'un président de la République. Il n'y a que la nature qui nous commande"

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.