C'est une époque révolue, que l'on a peut-être même rêvée et un type de pratiques qui, à l'heure des chaînes cablées et des téléchargements dits "illégaux", semblent provenir d'un autre âge : parcourir en une nuit des centaines de kilomètres pour aller découvrir, à Bruxelles ou ailleurs un inédit d'Edgar Ulmer ou un film de sabre japonais...

Les pratiques cinéphiles ont muté, le goût du mercredi s'est un peu terni, le magnétoscope est apparu, puis internet, les bouquets cinéman, reléguant la salle de cinéma au second plan, le peuple des cinéphiles a éclaté en de multiples niches...

L'Instant B.O : Where do I go from here, Paul Williams, 1974

On ne pouvait pas passer sous silence les splendides musiques et la vois un peu nasillarde de Paul Williams, compositeur si emblématique de la folk et du cinéma américain des années 1960 et 1970. Swann, ce producteur démiurge qui signe un pacte avec le diable e, échange d’une jeunesse éternelle dans le Phantom of the Paradise de Brian de Palma en 1974, c’était lui.

Paul WIlliams - Thunderbolt and lightfoot
Paul WIlliams - Thunderbolt and lightfoot © radiofrance

Evénement(s) lié(s)

L'important c'est d'aimer

The Color Wheel d'Alex Ross Perry

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.