Un homme projeté dans les flammes de l’enfer sur la passion selon Saint Mathieu de Jean Sebastien Bach, une spirale inquiétante qui bourgeonne dans un œil tout rouge, des bouts de corps en papiers qui s’assemblent jusqu’à former un cadavre, des murs new yorkais remplis de graffitis, un écran éclaté en des dizaines de moteurs qui vrombissent, soit autant d’image inoubliables qui ont marqué le cinéma américain des années 1950 aux années 1990. On les doit à Saul Bass, graphiste et designer de génie qui a révolutionné le générique de film. Si son nom reste indissociable de ceux d’Otto Preminger et d’Alfred Hitchcock, pour lequels il a conçu les génériques de L’Homme au bras d’or, d’Exodus, de La Mort aux trousses ou encore de Psychose, Bass a su s’adapter à quantité d’univers, des comédies sophistiquées de Billy Wilder et de Stanley Kramer aux mondes brutaux et paranoïaques de Robert aldrich, John Frankenheimer et Martin Scorsese.

Saul Bass
Saul Bass © Radio France / Laurence
Né à New York en 1920, Saul Bass se passionne très tôt pour le dessin et les arts graphiques, et devient publicitaire indépendant. En 1954, Preminger lui demande de concevoir les affiches et le matériel publicitaire de Carmen Jones, ravi du résultat, il décide de lui confier la réalisation du générique du film. L’année suivante, ce sera l’homme au bras d’or et son célèbre bras noir et accidenté, premier motif et nouvelle preuve de la force d’évocation visuelle des idées graphiques de Bass.

En 1974, Saul Bass réalise le seul et unique film de sa carrière. Et le résultat est prodigieux. De loin, Phase IV, avec son groupes de scientifiques étudiant une espèce de fourmis aux comportements étranges, s’inscrit dans un genre très en vogue à l’époque, mais de près, Bass signe un film abstrait, à la fois scientifique et expérimental, à mi-chemin de 2001 et du Solaris de Tarkovski.

Affiches créées par Saul Bass
Affiches créées par Saul Bass © Saul Bass

L'instant BO

Seconds, film de John Frankenheimer, musique Saul Bass

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.