histoire du cinéma
histoire du cinéma © Radio France / Radio France

L'histoire du cinéma est une discipline vivante, instable, violente, en perpétuel mouvement, objet de nombreuses polémiques, et qui procède régulièrement à des enterrements et à des redécouvertes. Au fond, entreprendre d'écrire cette histoire, c'est imposer aux films de repartir en salle d'auscultation critique afin de vérifier qu'ils se portent encore bien.

Certains, les films d'Hitchcock, de Lang, de Bunuel ou de Renoir, témoignent d'une forme toujours olympique, comme au premier jour de leur examen. D'autres, ceux de Melville, de Peckinpah ou d'Herzog, ont pris du galon. Insuffisamment reconnus par la critique d'hier, ils sont devenus les classiques d'aujourd'hui et parfois même les clefs de voûte du cinéma contemporain. D'autres, enfin, accusent le coup, telles ces statues du commandeur autrefois adulées et que l'on va désormais contempler poliment au fond du jardin

L'instant B.O : L'exorciste, Schifrin

En 1973, William Friedkin réalise L'exorciste , premier film d'horreur à gros budgets produit par une major, en l'occurence la Warner, et deuxième succès public pour le réalisateur de French Connection. L'Exorciste est certes un film d'horreur mais peut-être surtout le drame intime d'une mère qui, subitement, ne reconnaît plus son enfant possédée par un esprit démoniaque.

A l'origine, c'est Bernard Herrmann qui devait composer la musique du film, mais celui-ci, en froid avec Hitchcock et Hollywood depuis la désastreuse expérience de l'Etau, refuse de retravailler avec les studios américains. Friedkin se tourne alors vers Lalo Shifrin, compositeur à succès et auteur des inoubliables thèmes de Bullit, Dirty Harry etMission Impossible, et lui demande de s'inspirer des compositions de Hans Werner Henze et Krystof Penderecki.

l'exorciste
l'exorciste © Radio France / Radio France

Evénement(s) lié(s)

L'important c'est d'aimer

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.