psycho
psycho © Radio France / Radio France

Quel est le point commun entre Une étoile est née, King Kong, Scarface, Funny Face, La Mouche noire, Les Nerfs à vif, La Planète des singes, Le Grand sommeil, Psychose, ou encore Le deuxième souffle ? Tous ces films ont fait l'objet d'un remake. Dans leur propre pays - souvent aux Etats-Unis, tant Hollywood a toujours et continue de pratiquer une politique intensive du remake - ou ailleurs. Mais pourquoi refait-on les films, parfois même plusieurs fois comme L'invasion des Profanateurs de Don Siegel qui en est à, aujourd'hui, sa quatrième version ? Et que reprend-on exactement de l'original ? Le scénario, la mise en scène ou les deux ? On peut bien sûr avancer une première série d'explications économiques surtout. Ainsi, refaire un film permettrait d'adapter aux goûts du jour un classique, pour un public donc on fait l'hypothèse qu'il aurait tendance à bouder un "vieux" film.

L'instant B.O : I love to tell the story, The Apostle, Duvall / Harris

Il a été, crâne rasé, le héros du premier film de George Lucas en 1971 ( THX 1138), l'un des militaires déjantés de MASH, Tom Hagen, l'avocat introverti du clan Corleone dans Le Parrain 1 et 2, le partenaire de James Caan, son "meilleur ami", dans Tueurs d'élites de Peckinpah et ce capitaine fan de surf qui, dans Apocalypse Now, avouait adorer "l'odeur du napalm au petit matin", Robert Duvall n'arrête pas de tourner depuis près de cinquante ans. C'est une légende vivante du cinéma américain, qui a dû attendre son heure, après que Pacino, de Niro, Hackman et Nicholson ont eu la leur. Mais, en marge de son métier d'acteur, Robert Duvall a toujours entretenu un rapport plus secret à la musique, à la country bien sûr et au tango, auquel il a consacré un film en 2002, Assassination Tango, l'une des perles noires du cinéma américains des années 2000.

i love to tell the story
i love to tell the story © Radio France / Radio France
Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.