invités : Hervé Aubron et Mathieu Potte-Bonneville

Il faut, aujourd’hui, un certain courage et sans doute une bonne dose d’humour, pour

pouvoir réécouter ces quelques notes de musiques signées James Horner pour la bande originale de Titanic, tant celles-çi ont occupé, voire pollué, notre espace sonore collectif à la fin des années 1990, jusqu’à la voix d’une fameuse chanteuse québécoise que nous tairons par esprit de corps cinéphilique. Mais quel meilleur exemple que James Cameron, auteur coup sur coup, de deux des plus gros succès de l’histoire du cinéma hollywoodien, Titanic pour le récent Avatar, pour se pencher sur le cas du blockbuster.

Blockbusters, philosophie et cinéma
Blockbusters, philosophie et cinéma © Radio France

Rappelons rapidement et trois dates l’histoire du blockbuster, ce type de films dont le budget avoisine régulièrement les 200 millions de dollars et qui font la pluie et le beau temps de l’industrie du cinéma hollywoodien. Tout commence en 1972, avec la Paramount, qui proposent aux exploitant de rompre la règle de l’échelonnage et de distribuer Le Parrain au même moment. Résultat : une durée de vie réduite et un bruit critique réduit à néant. Quatre ans plus tard, avec Les Dents de la mer, c’est la naissance officielle du blockbuster : la Universal inonde les médias de dizaines de spots télévisées bien avant la sortie du film. En 1977, les produits dérivés qui accompagnent le lancement de la guerre des étoiles lancent définitivement l’ère du blockbuster.

[]()

Si l’on en croit le Larousse, le blockbuster est une production cinématographique à gros budget publicitaire, destiné à produire des profits records. Étymologiquement, le mot « blockbuster », en anglais, est un terme emprunté au vocabulaire militaire – littéralement « bombe à gros calibre ».

Jaws
Jaws © Radio France

On l’aura compris, le blockbuster ne vise pas seulement à être bien placé dans la course au box office, il doit détruire tous ces concurrents, les exploser littéralement, comme autant de pâtés de maison. Blockbuster, un mot qui claque, qui en impose, qui explose même à nos oreilles, résonne en lui comme une volonté de puissance. Pacific Rim, Transformers, Avatar, Die Hard 4, Godzilla, King Kong, The Dark Knight, tous les blockbusters se valent-ils ?

Mais qu’a-t-on dit d’un film après l’avoir rangé dans la catégorie, peu aimable, des blockbusters ? Comment de grands cinéastes ont-ils détourné à leurs fins auteuristes cette arme lourde de l’industrie du divertissement ? Que peut nous dire de plus la philosophie sur ce genre pourtant très prisé, et analysé, par la critique de cinéma?

L'instant BO

Melodie en sous sol, film de Henri Verneuil, musique de Michel Magne

Le panier de la ménagère

Invincible de Werner Herzog, éditions Rimini

invincible
invincible © Radio France

Coffret Alain Robbe-Grillet

Récits cinématographiques

Carlotta films

robbe-grillet
robbe-grillet © Radio France
Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.