"Il sera bientôt trop tard", cri d'alarme lancé cette semaine par 15 000 chercheurs du monde entier, si nous voulons garder une planète habitable pour l'espèce humaine. Une menace d’extinction qui s'ajoute à celle du remplacement de l'homme par le robot, nous met en garde l'anthropologue Paul Jorion

Paul Jorion, anthropologue blogueur le 8 décembre 2010.
Paul Jorion, anthropologue blogueur le 8 décembre 2010. © AFP / FRANK PERRY

Retour sur l'appel publié par 15 000 chercheurs inquiets de l'état de notre planète, 25 ans après un premier avertissement, rien n'a vraiment changé et nous voici à un tournant décisif. Pour Paul Jorion, l'homme est une espèce colonisatrice, dont l'histoire est émaillée de découvertes géniales, de techniques toujours plus efficaces mais qui amènent à un épuisement de l'environnement. Mais selon lui, "se profile à l'horizon une autre menace, celle du remplacement de l'homme, apprenti-sorcier, par le robot, son héritier"...

Le danger c'est effectivement que nous soyons si malins du point de vue technologique que nous parvenions à créer notre successeur, mais que nous soyons assez stupides quant à assurer encore notre présence sur notre planète

Avec: Paul Jorion, anthropologue

Livre cité: "À quoi bon penser à l’heure du grand collapse?"co-écrit avec F. Cormerais et J. Athanase Gilbert, aux éditions Fayard

Les invités
Programmation musicale
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.