Ils étaient cette semaine en tête du défilé du 1er mai et depuis plusieurs semaines ils occupent à nouveau le devant de la scène médiatique. « Ils » ce sont évidemment les salariés sans papier. Il y a un peu plus d’un an Périphéries avait rencontré Malek, sans papier de trente ans installé en France depuis plus de cinq ans. Ce jeune homme travaille, gagne pas loin de 1500 Euros par mois, possède un compte en banque et tous les attributs de la « normalité », sauf un titre de séjour. Il revient sur les raisons de son départ d’Algérie, un choix personnel qu’il continue à défendre.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.