Ils et elles s’appellent Nawelle, Laetitia, Walid et Salem ils ont une petite vingtaine d’années ce sont des enfants de la cité et des élèves de la ZEP mais aujourd’hui ils sont aussi des étudiants de Sciences Po. C’est grâce à la convention d’éducation prioritaire signée par leurs lycées avec le célèbre établissement de la rue Saint Guillaume qu’ils ont brisé « l’autocensure » qui faisait de Sciences Po un objectif impensable. Pour les trois semaines qui viennent ils vont nous accompagner pour nous raconter les différentes étapes de cette ascension. Cette semaine ils racontent au micro de Périphéries le moment où tout simplement ils se sont dit : « Pourquoi pas moi » … La semaine prochaine nos quatre témoins reviendront sur ce sentiment mêlé, entre fierté et crainte, qui les a étreint le jour où ils ont poussé la lourde porte de l’institut d’études politiques de Paris. Un monde au delà des frontières de la banlieue...

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.