Alors qu’une nouvelle polémique oppose le ministre de l’Intérieur aux juges sur le sujet de la délinquance des mineurs, Périphéries est allé voir quels étaient les dispositifs d’accueil des jeunes délinquants mis en place par la Protection judiciaire de la jeunesse, une administration qui dépend du ministère de la Justice. C’est donc dans le centre éducatif fermé de Beauvais, véritable alternative à la prison, que commence cette série. Le CEF de Beauvais accueille en permanence une dizaine de mineurs, placés par les juges pour une période allant de six mois à un an… Tous comprennent, grâce à un encadrement permanent, que plane sur eux l’épée de Damoclès d’une incarcération qui peut être ordonnée à la moindre incartade. Preuve d’une certaine efficacité des méthodes éducatives déployées au centre éducatif fermé de Beauvais : depuis le 1er janvier 2005 près de trente adolescents y ont été placé et un seul a quitté prématurément le centre en direction d’une maison d’arrêt. Cette chronique est la première d'une série qui nous ménera ensuite dans un centre de placement d'urgence (CPI de Laon) dans lequel les jeunes sont envoyés pour une période de trois mois maximum à la suite de leur mise en examen puis dans un foyer d'action éducative (FAE de Nogent sur Oise) qui accueille les adolescents pour des périodes beaucoup plus longues parfois plusieurs années. Trois réponses différentes donc pour tenter de remettre en selle des adolescents qui, même s'ils sont délinquants, ont des parcours personnels pour le moins chaotiques

liens

Site internet de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ)

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.