Avant, les femmes se vêtaient de noir et les hommes portaient un bandeau noir sur leurs vêtements.

Avant, on les veillait chez eux pendant des nuits et des jours.

Avant, les cimetières étaient au coeur des villes et pas dans les friches industrielles entre deux supermarchés.

Avant, le temps nous était donné. Maintenant il s'accélère. Les rites s'éloignant, les injonctions sociales nous pressent de plus en plus de ne pas vivre ce temps où au mot "mourir" nous préférons celui de "partir" ou de "disparaitre".

Nous passons notre époque à nier notre finitude et nombreux sont les malins qui nous promettent dans l'illimité, un supplément d'immortalité.

La mort se vengerait-elle? La mort empièterait-elle sur la vie? Qu'est-ce qu'une fin de vie?

Droits des malades, droits des familles: où sont les frontières?

Notre manière de vivre la mort est-elle l'indice de notre impossibilité de plus en plus cruelle de ne pas pouvoir l'affronter?

Après la tragédie du 13 novembre, notre sensation de la mort est-elle modifiée? Nous pleurons toujours nos morts..

Au moment où la Ministre de la Santé présente son plan national pour le développement des soins palliatifs et l'accompagnement en fin de vie,( http://www.marisoltouraine.fr/2015/12/developpement-des-soins-palliatifs-et-accompagnement-en-fin-de-vie-marisol-touraine-detaille-le-plan-national-pour-2015-2018-et-mobilise-190-millions-d%E2%80%99euros/)

Au moment où l'examen de la loi entre Assemblée Nationale et Parlement semblent poser des problèmes syntaxiques mais ô combien aussi déontologiques, Permis de penser en compagnie de:

Philippe Bataille, Sociologue, directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Membre du Centre d’éthique clinique de l’hôpital Cochin. Auteur de A la vie, à la mort. Euthanasie: le grand malentendu. Editions Autrement

Vinciane Desprêt, Philosophe. Professeure à l’Université de Liège. Auteure de Au bonheur des morts. Récits de ceux qui restent . Editions La découverte

Vinciane despret
Vinciane despret © Radio France / o v
Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.