Oui, oui, les oiseaux ont désormais maintenant le droit constitutionnel de voler dans le ciel.

Pythagore pensait que les hommes seraient réincarnés en animaux, et les animaux en hommes. Aristote deux siècles plus tard, nous expliquait que les animaux étaient dénués de pensée. Deux raisons- deux logiques.

On connait la suite.

Le libre arbitre et l'autonomie constituent notre prérogative: nature contre instinct; être pensant contre animal vivant dans la bestialité.

Notre tradition juridique a exclu les animaux dans l'espace judiciaire. Mais les choses changent depuis quelques années.

En France, les animaux depuis Janvier 2015 sont désormais définis dans le Code civil par leur sensibilité. En Inde, en Mai 2015, des oiseaux en cage ont été libérés car ils ont le droit de voler dans le ciel.

Sur le plan intellectuel et philosophique, des manifestes, des livres comme celui d'Elisabeth de Fontenayle silence des bêtes , des actions associatives ne cessent de dénoncer l'absence de considération des animaux dans notre société et le scandale récent et à répétition des abattoirs nous encouragent à réfléchir sur le violence exercée contre le vivant.

Avec:

Florence BURGAT

Philosophe, directrice de recherche à l’INRA et co-rédactrice en chef de la Revue Semestrielle de Droit Animalier

Auteure notamment de

"Le droit animalier. Ed" PUF

«Ahimsa : violence et non-violence envers les animaux en Inde » Ed.Maison des sciences de l'homme

«Une autre existence : la condition animale » Ed. Albin Michel

Damien BALDIN

Professeur d’histoire contemporaine . Chercheur à l’EHESS

Auteur notamment de :

"Histoire des animaux domestiques : XIXe – XXe siècle". Ed Seuil__

En fin d'émission, vous avez pu écouter les Smiths: Meat is murder

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.