" ... Vy pour réveiller la mémoire de l’enfance et son trop-plein d’émotions car c’est de ça qu’il s’agit dans ce spectacle. Michèle Nguyen l’a mûri pendant des années avant de pouvoir l’écrire, le dire, l’offrir à tous ceux qui se sentent un peu bancals, déplacés, décentrés. Comme elle l’a été longtemps. « vy », V-Y veut aussi dire en vietnamien « ce qui est tout petit ». C’est ainsi que la nommait son papa avant qu’il ne disparaisse et la laisse seule, profondément blessée, avec ses trois frères et sœurs. Vy donc, c’est Michèle Nguyen, une orpheline qui se raconte, une enfant en déséquilibre tiraillée entre trois cultures, celle du monde arabe où elle a vécu les cinq premières années de sa vie, celle du Vietnam, héritage paternel, et celle de la Belgique où elle a échoué dans le giron d’une grand-mère sans amour. Sur le plateau, avec l’aide d’une petite marionnette, sorte de doudou qui la protège et la soutient, elle nous mène sur les traces du chemin qu’elle a accompli de son enfance jusqu’à aujourd’hui. Alors le chemin est dur, mais sans aucun pathos, elle raconte comment elle s’est armée pour remplir le désert de son existence de toutes les saveurs du monde : odeurs, sons, couleurs, mots, rencontres, croyances… Comme une petite éponge, elle s’est gorgée de tout ce qui lui manquait pour ne plus être la « girouette fêlée » ou « la jaune » comme l’appelait sa grand-mère, ou celle qui marche en canard …"

Dominique Duthuit

Vy
Vy © Radio France / Anik-RUBINFAJER

Vy est reçu partout avec un succès grandissant, au festival mots d’hiver dans la Sarthe les 5 et 6 novembre, au Festival Théâtral du Val d’Oise__ du 8 au 10 nov, puis à Bruxelles. Toute la tournée dans www.michelenguyen.com.

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.