Quatre acrobates présentent leur tout nouveau spectacle « Face Nord »

Le titre du spectacle résume un peu l’histoire, il va y avoir de l’escalade, de l’alpinisme même sauf que, à défaut de montagne, c’est l’ascension du corps de l’autre qui est le défi, trouver les points d’appui, sans mousqueton, ni corde, pour arriver en haut puis redescendre. Ainsi, pendant une heure, avec énormément d’humour, dans une gestuelle souvent burlesque qui fait éclater de rire les enfants, ces quatre acrobates s’inventent des montagnes à franchir en testant les limites du possible.

"face nord"
"face nord" © Cie Un loup pour l'homme

Le spectacle est écrit avec beaucoup de rigueur comme une chorégraphie ascendante avec une montée en puissance des difficultés. On ne sait jamais ce qu’ils nous réservent comme nouvelle idée d’ascension. Créer une voute humaine et la franchir pour la reconstruire un peu plus loin, monter sur le corps des autres sans jamais toucher terre et avancer comme ça tout autour de la piste, créer une pyramide en s’agrippant aux hanches de l’autre, à ses épaules, à sa tête et tenir coûte que coûte.

En dehors de leurs idées de jeux extravagantes qui, à mon avis, vont inspirer beaucoup d’enfants, ils jouent aussi beaucoup avec nous en affichant clairement leur personnalité, de mauvais joueur qui se défile, de profiteur, de rusé, de tenace qui ne veut jamais abandonner. Exemple, l’un doit sauter d’un dos à l’autre, avec une distance entre les deux corps qui devient de plus en plus vertigineuse. De chute en chute, il recommence. Sans accepter ses limites. Ce sont les autres qui viendront le consoler. Mignons et affreux garnements.

Les règles, ce sont eux qui les inventent, sans parler, dans un échange de regards complices et une solidarité à toute épreuve. Ce qui est très drôle à regarder, c’est leur capacité à passer du rôle d’agrès de cirque, sorte de matière solide sur laquelle on peut s’appuyer, au rôle de l’humain qui transpire et qui combat pour réussir. Quand on sort de là, on se saute dans les bras de façon inhabituelle, comme un paquet qui sera forcément bien reçu… alors, on s’en doute, ces acrobates là sont des masses de muscle, parfaitement entraînés, tout semble très facile mais leur dextérité, la qualité de leurs mouvements, lents et dessinés, forcent le respect et nous racontent qu’avec juste nos corps assemblés, imbriqués, on devient autre, fort et fragile en même temps…

ParDominique Duthuit, en partenariat avec La Ligue de l'Enseignement

logo Ligue de l'enseignement
logo Ligue de l'enseignement © radio-france

Renseignement : Le site de la Compagnie Un loup pour l'homme >

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.