" ... Dans la version de Charles perrault, la pauvre enfant, passive, incapable de prendre son destin en main, est sauvée de sa condition injuste grâce à une fée qui lui permet d’accéder à la richesse et à l’amour. Facile ! Joël Pommerat change complètement la donne. Cendrillon n’est plus une petite marionnette creuse qui attend la baguette magique pour se métamorphoser, mais une enfant qui s’est enferrée dans le malheur à cause d’un malentendu, celui des mots prononcés par sa mère, alors qu’elle rend son dernier souffle. Au début du spectacle, dans une scène très émouvante, la petite ne réussit pas à décrypter ce qu’elle lui dit, alors elle s’invente une tâche terrible, celle de consacrer tout son temps et toute sa pensée à sa mère pour qu’elle ne meurt jamais. C’est la voix d’une conteuse, avec un délicieux accent étranger, qui pose ainsi les fondations du conte, un conte où elle nous dit qu’il faut se méfier des mots, porteurs de malheur, un conte où elle nous encourage à communiquer autrement, avec les gestes, avec le cœur, avec des codes qui n’appartiennent qu’à nous …"

« Cendrillon » à partir de 8 ans est jusqu’au 25 décembre au théâtre de L’odéon à Paris avant de partir en tournée.

Dominique Duthuit.

Cendrillon
Cendrillon © Radio France / Joël Pommerat

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.