Ce matin, Dominique Duthuit nous emmène en promenade en bord de mer, entre imaginaire et réalité avec le spectacle « gardien de phare(s) et autres loupiotes " découvert à Dunkerque.

C’est un spectacle signé du Turak théâtre , qui a été créé en complicité avec le Bateau Feu, scène nationale de Dunkerque. Jusqu’au 27 mai, dans cette ville forte d’une très grande dynamique culturelle, il est présenté un peu partout en appartement, dans un phare, un ancien cinéma, au musée portuaire pour qu’il soit vu par tous, hors du cadre habituel de la salle de spectacle. Pour les enfants et les adultes aussi, c’est une double aventure, une rencontre avec un drôle de gardien de phare sans phare, marionnette au caractère bien trempé, qui est en quête du port d’attache qu’elle a perdu –pour mémoire, aujourd’hui, les phares sont tous automatisés-, et puis l’autre aventure, c’est d’aller au théâtre, en tout petits groupes, dans la proximité et dans des lieux qui ne sont pas forcément connus du public…

Gardien de phare(s)...
Gardien de phare(s)... © Turak Théâtre pour Gardien de phare(s)...

Un cadre un peu atypique :

Pour deux raisons, le projet du Bateau Feu de Dunkerque, initié par sa directriceHélène Cancel est de favoriser la rencontre entre les artistes et les habitants au travers de l’accueil de nombreuses équipes artistiques qui viennent travailler in situ au cœur du quotidien. Et puis autre raison, le théâtre est en réhabilitation, en travaux jusqu’en 2014. Donc résultat, une dizaine de villes s’est mobilisée pour accueillir les spectacles dans tous les lieux possibles, de la maison de retraite au centre social en passant par les écoles… Toute une émulation pour que l’art trouve sa place dans la vie. Ainsi, dans ce contexte, deux compagnies, le Turak et la Licorne ont créé deux nouveaux spectacles qui sont présentés dans le cadre d’un temps fort dédié aux marionnettes et aux objets…

Un coup de cœur pour « Gardien de phares et autres loupiotes » du Turak :

Michel Laubu qui a créé ce spectacle poursuit depuis 1985 un même travail de recherche autour des vieux objets oubliés. C’est une espèce d’archéologue d’un passé qu’il réinvente avec poésie et humour. Avec un musicien, des sons enregistrés, des images projetées, des phares de voiture récupérés dans les décharges, il offre la possibilité à un vieux gardien de phare de recouvrer sa fonction d’ « allumeur de feu». Il entretient avec cette marionnette quasiment de taille humaine une relation très tendre, il est là pour l’aider à redevenir ce qu’elle a été, il est là aussi pour lui obéir et agencer avec elle des phares de fortune qui nous éclairent dès que la sirène du bateau et le cri des mouettes se font entendre. Le tout, dans un monde de bric et de broc, en équilibre sur une planche, fragile mais beau comme un sapin de Noël quand tout s’illumine. Il faut préciser que ce travail, destiné à tous à partir de 6 ans, a été nourri de la cohabitation avec des habitants de l’Ile d’Ouessant, de l’île de sein et des îles Lofoten en Norvège. D’ailleurs, on peut aller voir ce spectacle là-bas en juin…

par Dominique Duthuit, en partenariat avec La Ligue de l'Enseignement

logo Ligue de l'enseignement
logo Ligue de l'enseignement © radio-france

Gardien de phare(s) et autres loupiotes » de la Compagnie Turak Théâtre :

  • jusqu’au 27 mai à Dunkerque :

  • Le 25 mai à 19h30 à la Maison de quartier du Banc-Vert - Les 26 et 27 mai au Chantier du Théâtre- du 12 au 15 juin à l’amphithéâtre du Pont de Claix en Isère
  • le 11 juillet au festival les Arpenteurs, toujours en Isère

Temps fort « Marionnettes/objets » jusqu’au 2 juin à Dunkerque

Plus de renseignements sur Le site de Turak Theatre >

__

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.