Ils sont là, en pleine rue, le monde s'agite autour d'eux et pourtant ils ne voient que les yeux de celui ou de celle qu'ils aiment. A quoi tient la solitude des amoureux ?

Le couple d'amoureux est seul avec lui-même
Le couple d'amoureux est seul avec lui-même © Getty / borchee

Et c'est parti pour le sujet de l’amour, sur lequel tout a déjà été dit : en chanson, au cinéma, dans des romans, des poèmes, des ballets, des opéras, ou sur des post Instagram…. Ce qui m’intéresse donc ce matin, ce n’est pas directement l’amour en tant que tel, mais plutôt les amoureux, ceux justement dont c’est apparemment la fête à la Saint Valentin. Avec une question qui m’a toujours amusé : Pourquoi dit-on que les amoureux sont seuls au monde ? A quoi tient donc cette solitude des amoureux que l’on remarque avec amusement ou avec agacement ? 

Alors certes, cela tient sûrement à leur capacité sans gêne aucune à se rouler des pelles langoureuses en plein milieu d’une soirée, sur un banc dans la rue, sur l’herbe au parc ou sur la passerelle des arts….Mais justement, quand on dit des amoureux qu’ils sont seuls au monde, c’est précisément qu’ils ne le sont pas ! Si leur solitude est pointée du doigt réprobateur ou de l’œil amusé, c’est qu’ils sont entourés….Il y a le serveur du bar qui veut fermer, les passants, les promeneurs ou parfois même des enfants autour dans l’appartement, des proches, des amis, de la famille. L’amour n’isole pas et pourtant chaque couple d’amoureux semble ne plus tout à fait appartenir au monde commun… 

Peut-être parce qu’ils se suffisent désormais à eux-mêmes. Il y a dans l’amour partagé et reconnu une concentration de l’attention sur l’autre et un contentement qui donne l’impression de quitter le monde terrestre des autres et de vivre sur un nuage. N’oublions pas, au 17ème siècle l’amour est un transport….Mais si les amoureux sont seuls au monde, ce n’est pas parce qu’ils oublient le monde et qu’ils n’ont besoin de rien ni de personne d’autre ! L’amour n’est pas un repli mais une ouverture. Les amoureux vivent la révélation fascinante d’une authentique rencontre avec un autre être humain, dans toute sa différence et sa singularité.  Et, comme l’analyse Michel Tournier, à propos de la rencontre entre Robinson et Vendredi, « autrui est la pièce maîtresse de mon univers ». Cela veut dire que l’altérité de l’autre suffit à recomposer un monde ! Alors je ne suis pas en train de vous dire que l’histoire de Robinson et de Vendredi est une histoire d’amour….quoique, on pourrait en débattre….Mais simplement je veux dire que chacun de nous porte un monde en lui. Et que seul celui qui nous aime est capable de découvrir et d’habiter. L’amour n’est pas qu’une affaire de désir, de passion, de papillons dans le ventre, de dopamine, de sextos ardents ou de vers de mirlitons, mais une affaire de révélation et d’exploration. 

Les amoureux sont seuls au monde parce que l’amour révèle que l’autre est un monde à lui tout seul, dans lequel il y a pourtant de la place pour deux. 

Mais les amoureux sont aussi seuls au monde parce que c’est parfois difficilement compréhensible pour les autres. On ne voit pas toujours bien ce qu’il lui trouve ou ce qu’elle lui trouve… Le monde partagé des amoureux échappe à la rationalité : il est difficile d’en rendre compte et d’expliquer pourquoi l’on aime tel ou telle….

La solitude des amoureux est une solitude qui nous distingue, qui nous individualise, qui nous singularise et qui finalement nous révèle à nous-mêmes. Nous voilà donc enfin, en train d’exister sous le regard de l’être qui nous aime. Et nous voilà donc enfin en train de faire exister celui que l’on aime….Les amoureux sont seuls mais ensemble : l’amour a cette puissance de rendre habitable la solitude de l’autre…et ça, ça mérite bien une fête ! 

Contact