Saumon géniteur
Saumon géniteur © CNSS

Il s'appelleSimon et il pêchait le saumon dans la Loire et l'Allier jusqu'en 1994. Jusqu'au moment où la pêche a été interdite parce que l'espèce était au bord de l'extinction. En rangeant sa canne à pêche, Simon et ses amis pêcheurs ont entraîné un manque à gagner : un saumon capturé génère mille euros de recettes touristiques. Si les saumons ont failli disparaître, ce n'est pas à cause de la pêche. A la fin du 19e siècle l'homme leur a mis "des bâtons dans les nageoires", en multipliant les barrages sur les fleuves. Ces obstacles ont empêché le poisson de remonter vers les zones de frayère, car le saumon se reproduit à l'endroit où il est né. Le tout-à-l'égout, grand progrès pour l'humanité, et les rejets d'eau usées dans les fleuves ont empoisonné le poisson. Et pour ce qui est de l'aquaculture, les élevages de saumon ont lâché dans la nature des poissons sélectionnés pour leur croissance rapide pas pour leur capacité migratoire. Les saumons domestiques qui s'échappent, se croisent avec des saumons sauvages mais leur descendance n'est plus capable de migrer.

Car le saumon est un grand voyageur.

Il naît et se reproduit en eau douce mais c'est en mer qu'il engraisse... à 1000 kilomètres de sa nurserie. Nurserie, justement. A Chanteuges en Haute-Loire, le Conservatoire national du saumon a construit une salmoniculture . Elle a commencé à produire des bébés saumons en 2001 pour tenter de repeupler la Loire et l'Allier. En organisant des mariages un peu forcés entre saumons de culture et saumons sauvages : leur descendance est ensuite relâchée dans la rivière. Et cette année, c'est presque un record : 1 177 saumons sont remontés , après trois ans en mer, pour se reproduire aux sources de l'Allier. On les a vus passer à la salle d'observation du barrage de Vichy.

L'espèce est donc sauvée…

... Rien n'est moins sûr. Le saumon a un peu chaud aux écailles avec le réchauffement climatique. Ses proies remontent le Groenland. La route migratoire est donc de plus en plus longue. Une fois dans les fleuves, la température de l'eau peut interrompre sa migration et dans ce cas, pas de reproduction. Et on lui découvre un ennemi : le Silure, ce poisson réintroduit dans les eaux douces françaises. Une étude de l'Université de Tours a montré que le mastodonte, il peut atteindre trois mètres de long, le silure a décidé de mettre le saumon à son menu. Si vous voulez en savoir plus rendez-vous enÉcosse où se tient depuis le début de la semaine leFestival du Saumon .

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.