C'est l'une des nouveautés 2017 : un nouvel établissement public pour piloter la protection de la faune et de la flore.

Des moineaux domestiques
Des moineaux domestiques © Maxppp / Christian Watier

Si l'on vous dit qu'il y a un scarabée sous votre pied, peut-être que vous ne marcherez pas dessus.

Donner plus de visibilité à la biodiversité pour mieux la protéger... c'est l'un des grands objectifs du futur directeur de cette agence.

Christophe Aubel veut par exemple que toutes les communes de France se dotent d'un atlas de la biodiversité, c'est un outil méconnu créé en 2010, une sorte d'inventaire des espèces de plantes et d'animaux .

Et il y a urgence. la France avec ses territoires d'outre mer a l'un des patrimoines les plus riches au monde...mais les indicateurs sont au rouge.

La moitié des zones humides a disparu en l'espace de 50 ans. L'artificialisation des terre est galopante, tous les sept ans c'est l'équivalent d'un département comme l'Héraut qui est bétonné.

Et où sont passés les moineaux et les étourneaux ? La population d'oiseaux commun est en chute libre... L'Europe a perdu 421 millions d'oiseaux en l'espace de 30 ans.

1200 agents au service de la biodiversité

L''Agence française de la biodiversité va réunir dans une même structure, des compétences jusqu'à présent dispersées.

4 établissements publics fusionnent en un seul. L'Agence regroupe désormais l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques (Onema), l'Agence des aires marines protégées (AAMP, les Parcs nationaux de France (PNF) et l'Atelier technique des espaces naturels (Aten).

Au total 1200 agents avec un budget annuel de 225 millions d'euros.

Cela fait plus de 15 ans que les acteurs de terrain attendaient la création de l'Agence française de la biodiversité.

Mais va t-elle réussir à les fédérer ? A venir à bout des chapelles en matière de défense de l'environnement ?

Premier signe négatif : les chasseurs ont refusé de l'intégrer. L'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCF) restera indépendante.

Elle continuera donc d'assumer sa mission de police de la chasse, pendant que l'Agence française de la biodiversité, compétente pour les milieux aquatiques, fera la police de la pêche.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.