Déclaration Universelle des Droits de l'Homme
Déclaration Universelle des Droits de l'Homme © Wikimedia

En 2100 je porte plainte contre les générations passées.

Cet après midi au Conseil économique, social et environnemental le projet de déclaration des Droits de l’humanité et de la nature sera rendu public

Nous sommes en France le deux novembre 2100. Avec Patrick… il est l’arrière, arrière, arrière, etc … petit fils d’un journaliste des années 2000.

Il vient de survivre à son troisième ouragan depuis la fin du mois d’août.

Un déluge d’eau est tombé du ciel après deux ans de sécheresse.

Pourtant il ne sait plus comment s’abreuver, s’hydrater : toutes les ressources en eau sont saturées de produits chimiques. Il a du mal à respirer. Manger ? Quoi ? Les terres sont devenues stériles. Et il se souvient de ce qu’il a lu dans les livres qui ont survécus au passage du temps : dans les années 2020, les Nations Unies ont adopté la Déclaration des Droits de l’humanité. Ses droits et ses devoirs envers la nature, la terre qui est sa maison commune. Ses droits et ses devoirs envers les générations passées pour conserver leur patrimoine, et envers les générations futures à qui il faut léguer une terre habitable. Il voudrait bien demander des comptes à ces ancêtres qui ont tout saboté. Mais ils ont disparu…

La déclaration des droits de l’humanité présentée aujourd’hui par l’avocate Corinne Lepage s’adresse aux hommes qui vivent aujourd’hui.

Et comme celle des Droits de l’homme elle ne sera pas juridiquement contraignante. Si elle est adoptée par les Nations Unies. Les minorités opprimées, privées de liberté d’expression peuvent toujours se référer aux droits de l’homme ça n’empêche pas qu’on les bâillonne. Mais c’est déjà ça : elle a le mérite d’exister.

La différence entre les deux déclarations est tout même essentielle :

Le projet de Corinne Lepage parle des droits mais aussi des devoirs. Nous devons préserver notre nid, la terre. On n’a pas encore trouvé d’autres planètes où déménager.

Malgré tout, cette déclaration est un symbole.

Et peut être une fuite…

Les critiques fusent. Cette idée de François Hollande qui a confié à Corinne Lepage la mission de rédiger la Déclaration des Droits de l’Humanité, cette idée ressemble à un aveu d’impuissance. « Moi Président » je ne sais pas résoudre les problèmes : chômage, crise économique, désastres écologiques, réchauffement climatique.Cette grande déclaration doit préserver le futur quand je ne sais pas gérer les problèmes du présent. Bref je botte en touche. Voilà les critiques.

Ce projet risque également d’agacer les négociateurs du sommet climat. Ils n’arrivent pas écrire un accord sur la réduction des gaz à effet de serre et on veut leur mettre dans les pattes un texte sur les droits de l’humanité et de la nature. C’est beaucoup.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.