Voiture à hydrogène
Voiture à hydrogène © Radio France

L’hydrogène est au cœur des rencontres européennes organisées à Paris aujourd’hui.

Elle glisse sans bruit sur la route. C’est une voiture électrique qui s’est affranchie de la faible autonomie des batteries. Elle embarque son énergie : l’hydrogène lui permet de rouler pendant 500 kilomètres sans faire le plein. Une petite centaine de voitures circulent grâce à cette énergie en France.

L’hydrogène c’est le H de H 2 O. Lorsque l’on casse la molécule d’eau on peut extraire l’hydrogène. Dans le moteur de la voiture, une pile à combustible l’utilise pour produire de l’électricité, alimenter le moteur électrique. A l’échappement, entre guillemets, il sort … de l’eau.

L’hydrogène serait donc l’énergie propre par excellence…

Tout dépend de l’énergie utilisée pour extraire l’hydrogène de l’eau… et oui quoi qu’il arrive vivre c’est polluer.

Si c’est à base de combustible fossile… émetteur de gaz à effet de serre, la propreté est douteuse. D’où l’idée d’utiliser les énergies renouvelables. C’est ce que font les allemands avec leurs éoliennes.

En France le projet Jupiter envisage d’utiliser la force du vent pour produire de l’hydrogène à Fos sur Mer. Il servira en partie à fabriquer du méthane en utilisant le gaz carbonique émis par une cheminée d’usine. Ce sera du gaz à effet de serre en moins dans l’atmosphère et de l’énergie en plus : le méthane sera injecté dans le réseau de distribution de gaz.

Mais l’hydrogène ça peut exploser…

Oui comme tous les carburants. Faire le plein de la voiture à hydrogène, c’est comme faire le plein de GPL… gaz de pétrole liquide. Le tuyau de distribution se clipse sur le réservoir pour garantir l’étanchéité.

Ce n’est pas une énergie nouvelle que l’on ne connaît pas.

Chaque année, 60 millions de tonnes d’hydrogène sont utilisées sur la planète.

Je ne sais pas si c’est l’énergie de demain, mais elle vient de si loin dans le passé. L’hydrogène était là dès la naissance de l’univers.

Et un homme visionnaire a prédit son futur. Jules Vernes écrit en 1874 : l’hydrogène élément constitutif de l’eau sera un jour utilisé comme combustible. C’est ce qu’il fait dire au héros de son roman « L’île mystérieuse ». Il avait raison.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.