Le sommet de l’ONU sur la biodiversité est réuni pour 15 jours.

Dans la mangrove Indienne, les tigres vont-ils être menacés par la construction d'une centrale ?
Dans la mangrove Indienne, les tigres vont-ils être menacés par la construction d'une centrale ? © Getty / Kimberly Sauer / EyeEm

On parle plus souvent de climat que de nature et là, on vous raconte leur cause commune.

C’est un tigre. Il n’a pas bonne réputation, le mangeur d’homme et de bétail. Avec ses presque 350 kilos il est beau mais ses griffes et ses dents ne semblent pas capables de lutter contre une centrale électrique au charbon. Nous sommes en Inde dans la réserve classée patrimoine mondial de l’humanité : les Sundarbans. L’une des plus grandes forêts de mangrove au monde.

Une forêt qui a les pieds dans l’eau

A une vingtaine de kilomètres de là un projet de centrale au charbon. Rampal.

Pour l’alimenter, des bateaux vont naviguer au milieu de la mangrove sur des rivières qu’il faudra draguer, creuser, pour augmenter la profondeur .

L’UNESCO condamne ce projet. Et souligne les menaces pour l’environnement. Pollution de l’air avec les poussières de charbon. Rejets d’eaux usées. Augmentation du trafic maritime.

C’est le combat du tigre et du climat contre le charbon, dont la combustion émet des gaz à effet de serre.

Mais le charbon lui a un compte en banque.

La BNP et la Société Générale se sont retirées du projet. Mais le Crédit Agricole y participe indirectement : il détient des obligations dans la banque indienne qui finance Rampal.

Mais l’Asie a besoin d’énergie

Oui. Et j’ajoute : de quel droit donner la priorité au tigre ? De quel droit donner des leçons de défense de la biodiversité quand en France par exemple on n’est pas capable de la protéger. Je n’ai pas la réponse. Sauf à rappeler que les énergies renouvelables sont plus douces et pour le climat et pour la nature.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.