Cette année encore les fusils de chasse n’ont pas tué ou blessé QUE des animaux.

Ouverture de la chasse
Ouverture de la chasse © Maxppp / Jean-Pierre Balfin

Communiqué officiel de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage : Je cite : "Les chiffres de cette saison ne remettent pas en cause la tendance baissière de l’accidentologie."
« Baissière » : on croirait à un commentaire sur les cours de la Bourse.

Sauf que 146 accidents cette saison contre 122 l’année précédente : cela s’appelle bien une augmentation.

24 accidents de plus. Donc - pour rester dans le langage de la Bourse - la tendance est plutôt haussière.

Sauf pour les morts, ils sont moins nombreux : 10 accidents mortels contre 14 lors de la saison de chasse précédente.

Dont deux non chasseurs, des randonneurs qui ne demandaient rien à personne sinon se promener tranquillement.

Mais effectivement, moins de morts : la tendance est baissière.

On ne compte pas les accidents de la route provoqués par le gros gibier qui tente de fuir une battue. Et boum contre la voiture ! :  l’animal est tué souvent mais le véhicule est en très endommagé et les passagers peuvent être blessés.

Et les anti-chasse relancent leur pétition pour un dimanche sans chasse.

Un peu plus de 100 000 signatures. C’est peu si l’on considère les résultats d’un sondage IFOP réalisé en janvier dernier : 79% des Français plaident pour l’arrêt de la chasse le dimanche.

De leur côté, les chasseurs ne voient pas pourquoi il seraient les seuls à ne pas pouvoir pratiquer leur loisir : eux aussi travaillent la semaine et n’ont que le week-end pour s’ébattre dans la nature. Et pratiquer leur « loisir ».

Les chasseurs représentent deux pour cent de la population française.

Et en réalité, on chasse toute l’année en France puisque les animaux classés nuisibles peuvent être abattus. Les renards par exemple. Ils ont la désagréable habitude de manger le gibier que les chasseurs veulent déguster. Ce sont des concurrents redoutables.

L’Association pour la protection des animaux sauvages dénonce un climat d’insécurité. Elle réclame des bilans de santé sur les chasseurs : dont un contrôle de la vue…. Et des tests d’alcoolémie. « Si possible après le déjeuner » commente un brin ironique un militant anti-chasse.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.