Ego et pas écolo... égo comme égoïste, égocentrique. C'est l'un des constats du baromètre annuel Ethicithy. Le cabinet de conseil au développement durable sonde les français chaque année pour tenter d'y voir un peu plus vert. Cette année la crise économique n'épargne plus l'écologie.On avait senti une certaine résistance l'an passé. Et cette année encore la consommation responsable figure en bonne place : 48% des français déclarent la main sur le coeur qu'ils ont acheté en priorité des produits durables, fabriqués localement. Mais ne dit que ce soit vrai. C'est un peu le problème de ce type de sondage. Tout le monde affirme laisser sa voiture au garage en cas de pointe de pollution de l'air mais en réalité la circulation ne diminue pas pendant ces épisodes. Alors quand on remarque dans cet observatoire la forte progression des français soucieux de réduire leur gaspillage alimentaire, on doute un peu. Ils sont 12% de plus à déclarer ne plus jeter les fruits et les légumes un peu défraichis pour atteindre 31% des sondés. Cela tient sans doute à la crise économique. On fait un peu plus attention et on s'en rend compte à travers le poids de nos poubelles. Les quantités de déchets jetées sont restées stables depuis l'an 2000. Toujours dans le domaine alimentaire, les exigences sur la traçabilité des produits, leur composition, leur origine sont de plus en plus fortes. La viande de cheval qui veut faire aussi grosse qu'un boeuf est passée par là. Mais revenons à l'éGOlogie qui montre que les préoccupations individuelles sont dominantes : ma santé, ma sécurité, mon pouvoir d'achat. Tandis que les préoccupations collectives sont reléguées à l'arrière plan : le changement climatique, la ressource en eau, la fin du pétrole... C'est un peu après moi le déluge. Enfin la dématérialisation ne convaint toujours pas. Une majorité de français ne veut pas louer, échanger ou utiliser à plusieurs un moyen de transport : vélo ou voiture. En revanche, pour les outils à usage peu fréquent comme une tronçonneuse par exemple, là ils sont plutôt favorables à la location ou au partage. Les français sont de plus en plus déprimés. La crise économique n'épargne plus personne et il ne s'agit pas seulement du porte monnaie mais du moral. 47% des français affirment que la situation va encore se dégrader.

La minute de la biodiversité

Noctuelle
Noctuelle © Wikimédia Commons - Entomart

Et si la nature entrait dans les réservoirs de nos voitures. La nature et plus précisemment les insectes. Explications avec François Letourneux de l'Union internationale pour la conservation de la nature .

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.