L'Union pour la conservation de la nature qui tient son congrès mondial à Hawaii lance un cri d’alarme sur les océans.

A l’école on vous a sans doute invité à faire cette expérience : une goutte d’acide sur un bout de craie. Et ça la ronge, ça la dévore. C’est ce qui se passe dans les océans. Ils nous rendent service. Ils absorbent jusqu’à un quart des émissions de gaz à effet de serre. Grâce à eux la température de l’atmosphère a grimpé moins vite. Mais, lorsque le CO2 se dissout dans l’eau il augmente l’acidité. Les organismes calcaires ont de plus en plus de mal à fabriquer leur squelette.

Acidité renforcée et coup de chaud, les océans sont malades.

Le réchauffement climatique affecte toutes les mers de la planète. Elles absorbent plus de 90% de la température. Des tropiques aux régions polaires. La faune et flore n’aiment pas cette fièvre de l’eau et remontent vers le Nord, pour tenter de trouver des eaux plus froides. Qu’importe direz-vous ! Pensez donc aux pêcheurs des zones tropicales dont les filets ne se remplissent plus faute de poisson.

Un coup dur pour l’économie de la pêche

D’autant que ce qui sert de nurserie à la faune marine prend des cheveux blancs. Les coraux perdent leur couleur, blanchissent et meurent. A cause de la chaleur. Les mers se vident d’autant plus vite que nous continuons à les surexploiter. Sans compter ce risque sanitaire qui pèse sur la faune, la flore marine et les humains : les algues et les bactéries toxiques adorent se baigner dans l’eau chaude. Elles prolifèrent. 
Ajoutons l’augmentation de la violence des ouragans. Oui les océans sont malades.

► POUR EN SAVOIR PLUS | LIRE Quand la terre chauffe, l'océan meurt

L'équipe

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.